Hockey sur glace: Hockey Canada paie 2,6 millions de francs après un viol collectif 

Publié

Hockey sur glaceHockey Canada paie 2,6 millions de francs après un viol collectif 

En 2018, huit joueurs, dont certains seraient aujourd’hui établis en NHL, auraient agressé une femme dans un hôtel en Ontario.

par
Emmanuel Favre
Hockey Canada

Hockey Canada, la puissante Fédération canadienne de hockey sur glace qui regroupe 607’951 joueurs et joueuses, est secouée par un scandale d’agression sexuelle présumée et a perdu mercredi le soutien de plusieurs sponsors.

L’agression s’est produite dans la nuit du 18 au 19 juin 2018 dans un hôtel de London en Ontario. Le 20 avril 2022, une femme âgée de 24 ans a intenté une poursuite contre Hockey Canada et contre huit ex-joueurs de la ligue canadienne de hockey, dont certains avaient décroché la médaille d’or lors du Championnat du monde M20 quelques mois plus tôt à Buffalo aux Etats-Unis.

Elle accuse les joueurs de l’avoir agressée dans une chambre d’hôtel au petit matin. Comme l’a rapporté «La Presse», le viol collectif aurait eu lieu après un gala organisé par Hockey Canada en marge du tournoi de golf annuel de sa fondation.

Joueurs pas identifiés

La sordide histoire a été dévoilée par le journaliste de TSN Rick Westhead, qui a pris connaissance des 18 pages du document officiel. Il décrit les gestes dégradants auxquels la victime aurait été contrainte sans son consentement. Le document n’identifie ni la jeune femme ni ses huit agresseurs, tous nommés «John Doe» et numérotés de 1 à 8. 

«La Presse» a pu retracer le déroulement des faits. Le média québécois écrit: «Après le gala organisé par Hockey Canada, les suspects, avec d’autres coéquipiers, se sont rendus au Jack’s Yard, restaurant et bar situé au centre-ville de London. Tard dans la nuit, le joueur identifié comme «John Doe 1» a quitté les lieux afin de se diriger vers sa chambre d’hôtel avec la victime. Celle-ci, lit-on dans la poursuite, était en état d’ébriété avancée. Après que les deux eurent eu des rapports sexuels, le jeune homme a invité tous les autres «John Doe» dans la chambre, sans en avoir avisé la victime ni avoir sollicité son consentement.» Et d’ajouter: «La grande majorité des membres de l’équipe canadienne championne de 2018 sont aujourd’hui des joueurs professionnels établis. Certains sont déjà des vedettes du circuit (ndlr: NHL).»

Règlement à l’amiable

L’affaire a été réglée à l’amiable, Hockey Canada ayant versé 3,55 millions de dollars  canadiens (2,63 millions de francs) à la victime.

Mais elle a suscité la réaction du gouvernement canadien, qui a lancé un audit financier pour savoir si de l’argent public avait servi à financer l’accord scellé avec la victime et qui a gelé le financement public de l’organisation sportive.

Lundi, les responsables de Hockey Canada ont dû s’expliquer au Parlement face aux membres du comité permanent du patrimoine canadien. 

Des sponsors se retirent

«Nous avons assumé cette responsabilité parce que nous avons voulu respecter les vœux de la jeune femme, qui ne voulait pas être identifiée et qui ne voulait pas que les noms des joueurs soient rendus publics, et parce que les événements allégués se seraient déroulés lors d’un événement qui se déroulait sous l’égide de notre organisation», a déclaré Scott Smith, directeur de Hockey Canada, qui a prétendu qu’aucun argent du gouvernement n’avait été utilisé et qui a fait bondir les élus lorsqu’il a affirmé que la Fédération n’a obligé aucun de ses joueurs à participer à l’enquête interne indépendante.

Dans la foulée, des partenaires commerciaux majeurs (la Banque Scotia, le géant du commerce de détail Canadian Tire, la société de communication Telus et le pétrolier Imperial Oil) ont retiré leur soutien à Hockey Canada, qui organisera le Championnat du monde M20 du 9 au 20 août à Edmonton.

Victime ou témoin d’une agression sexuelle?

Et pour les jeunes:

Ton opinion