«100% Hockeypositif» - Hockey Inside – Gentils Lions, méchants Lions
Publié

«100% Hockeypositif»Hockey Inside – Gentils Lions, méchants Lions

Cyrill Pasche, journaliste de Sport-Center, revient sur l'actualité du hockey suisse dans la chronique décalée «Hockey Inside».

par
Cyrill Pasche
(Hockey Inside est une chronique à prendre avec des pincettes. Elle ne reflète d’ailleurs pas nécessairement, voire pas du tout, la position de la rédaction et l’interprétation de son contenu n’engage que vous-mêmes.)

(Hockey Inside est une chronique à prendre avec des pincettes. Elle ne reflète d’ailleurs pas nécessairement, voire pas du tout, la position de la rédaction et l’interprétation de son contenu n’engage que vous-mêmes.)

Aussi vrai qu’il existe deux sortes de chasseurs (le bon et le mauvais chasseur), il existe également deux sortes de Lions: les gentils Lions, et les méchants Lions.

Le gentil Lion s’habille en bleu, une couleur plutôt apaisante et classe. Le méchant Lion, lui, est vêtu de rouge, une couleur agressive, qui renvoie d’ailleurs à la couleur du sang, matière qu’il aime faire couler et qui l’excite d’ailleurs encore davantage (comme les requins).

(Je suis d’ailleurs à deux doigts d’aller m’acheter un maillot de méchant Lion pour faire peur aux gamins dans la rue)

Toute la semaine le gentil et irréprochable Lion nous a fait la morale avec des théories condescendantes sur le respect, la façon de jouer au hockey et de se tenir à table. Le méchant Lion, tout honteux, n’a pas vraiment su quoi répondre pour se défendre.

Moi ça m’attriste parce que le méchant Lion est pas aussi méchant que ce que raconte le gentil Lion à qui veut l’entendre (surtout au juge unique).

Parfois le méchant Lion est juste pas très très malin c’est tout.

Hockey Inside, épisode 7, garanti «100% hockeypositif»: c’est parti!

1. Huit matches de suspension contre Mark Barberio. Une décision qui ne choque personne et qui arrange pas mal de monde. Les ZSC Lions pour commencer, dont les multiples pressions exercées durant toute la semaine ont porté leurs fruits (le juge unique est allé contre la recommandation du PSO pour augmenter la sanction à huit matches) et certainement le LHC aussi, qui aura un souci en moins ces prochains temps sans son encombrant capitaine. D’ailleurs tu veux parier que le club profitera de l’aubaine pour annoncer officiellement un changement de capitaine ces prochains jours?

2. Je n’avais encore jamais entendu un secteur visiteur aussi silencieux durant une cérémonie d’avant-match, d’autant plus à l’occasion d’un derby Bienne-Berne. C’était le soir de la cérémonie du retrait du numéro 12 porté durant deux décennies par Mathieu Tschantré au HC Bienne. Du coup je croise plus tard Marc Lüthi, le CEO du CP Berne, et je lui dis: «Incroyable quand même comme vos supporters (500 Bernois parqués dans le secteur visiteur) ont respecté la cérémonie: pas un sifflet, pas un chant hostile, rien. On n’entendait même pas une mouche voler». Et là, il me répond: «Bein oui, j’étais juste devant le kop, et je leur ai pris le mégaphone. Ensuite je leur ai dit: je veux pas entendre un seul bruit.»

3. Killian Mottet serait-il déjà redevenu le Mottet d’avant? Si l’attaquant de FR Gottéron a débuté la saison sur les mêmes bases que la précédente, il a malheureusement bien vite calé. Toujours dangereux, un sens du but presque intact et toujours un bijou de shoot, certes, mais beaucoup moins d’impact dans le jeu. En fait, Mottet n’est plus «en feu» ni en mission comme durant la saison passée à huis clos et c’est bien dommage. La faute au retour du bruit et du public dans les stades? C’est bien possible en fait.

4. Etonnamment, le transfert de Michaël Hügli au LHC a été accueilli avec beaucoup de détachement par les fans du HC Bienne. Entendu ici et là, et même lu dans le Bieler Tagblatt: (traduit littéralement) «… Main sur le coeur, qui refuserait un salaire annuel de 500’000 francs? (…)» C’est vrai après tout, on ferait tous pareil à ce tarif-là, ou bien?

5. C’est fou comme l’air pur des montagnes peut changer un homme. Prenez Jan Alston, par exemple. L’ex directeur sportif du LHC est plus décontracté, souriant et accueillant que jamais depuis qu’il a élu domicile à Davos.

(Après, c’est certain, le fait que son équipe soit installée tout à l’avant du classement doit certainement avoir un effet apaisant et relaxant.)

Un confrère m’a d’ailleurs dit l’autre jour à Davos: «Alston, il est en train de nous faire une opération séduction?» A quoi ai-je répondu: «Nan, il doit juste être hyper tranquille, ici.»

6. Cette photo me fascine. Put it in Le Louvres!

LOL.

LOL.

Claudio Thoma/freshfocus

7. Cela ne s’invente pas, mais le meilleur défenseur du HC Ajoie actuellement est un… attaquant de 35 ans. Eh oui, Mathias Joggi, dit le «colosse de Meinisberg» (village situé à 2 km de Safnern bien connu pour sa «Merveille de Safnern» Janis Moser), fait la job dans l’arrière-garde jurassienne. Après on s’entend c’est pas du Lukas Frick ou du Beat Forster non plus hein.

8. Comme il l’a expliqué dans divers médias bernois, Andrew Ebbett, directeur sportif du SCB, avait bien identifié le genre de joueur étranger dont le CP Berne aurait besoin pour la saison prochaine: un droitier à tout prix, un homme capable de jouer au centre et à l’aile, buteur et en même temps fabriquant de jeu, et surtout capable d’amener des émotions dans les gradins et dans le vestiaire. Et bingo, devine quoi, le SCB a réussi à trouver un joueur qui correspond en tous points au portrait-robot préalablement établi par Andrew Ebbett: Chris DiDomenico! Des fois le job de Sportchef ça n’a pas l’air hyper compliqué quand même.

9. Tout comme le HC Ajoie a pensé au Jurassien des ZSC Lions Marco Pedretti. Alors celle-là vraiment je l’aurais pas vu venir.

10. Jan Cadieux, nouveau coach de Genève-Servette, me fait penser à quelqu’un, mais je ne saurais vraiment plus dire à qui…

Jan Cadieux, avec désormais quelques bourrelets en plus.

Jan Cadieux, avec désormais quelques bourrelets en plus.

Michela Locatelli/freshfocus

11. Le Lausanne HC devrait tout de même surfer sur sa réputation d’équipe de brigands, comme les Carolina Hurricanes l’ont fait en NHL en reprenant «Bunch of Jerks» (Bande de connards, ou quelque chose du genre) à leur compte. Any press good press disent les Nord-Américains. Y aurait plein de trucs marketing à faire là autour: la matraque Barberio, le T-shirt «Mir sind Lausanne» et le Hoodie «TOUS EGAUX?», et pourquoi pas, tiens, une soirée SM à la Vaudoise aréna précisément le 10 décembre pour la venue du «ZSC». Etc, etc.

Encore une vilaine charge lausannoise. Et si les Zurichois avaient quand même raison? 

Encore une vilaine charge lausannoise. Et si les Zurichois avaient quand même raison?

Claudio Thoma/freshfocus

Voilà, voilà, c’est tout. Un magnifique weekend à ton équipe préférée, du fond du coeur. Vraiment.

Votre opinion