Publié

BâleHörnli: «Les chances de sauver les chevreuils sont bonnes»

Pour Vera Weber, les pourparlers avec la commune de Bâle sont en bonne voie. Avec l’association SOS Chats Noiraigue, plus de 80 000 personnes ont signé une pétition pour qu’on laisse vivre les chevreuils du cimetière Hörnli.

par
Eric Felley
Dans le plus grand cimetière de Suisse, Hörnli à Bâle, les chevreuils se baladent librement depuis des lustres…

Dans le plus grand cimetière de Suisse, Hörnli à Bâle, les chevreuils se baladent librement depuis des lustres…

KEYSTONE/Georgios Kefalas

«Les chances de parvenir à un accord, et donc de sauver les chevreuils, sont bonnes», c’est le message communiqué mardi par Vera Weber, présidente de la Fondation Franz Weber, au sujet des chevreuils du cimetière Hörnli à Bâle. Lundi, la présidente et les représentantes de SOS Chats Noiraigue ont été entendues à Bâle par la commission des pétitions du Grand Conseil au sujet de leur régulation prévue par les autorités bâloises.

Dans un communiqué, les deux associations précisent: «Cette audition fait suite à une pétition contre le tir des chevreuils du Hörnli, lancée par la Fondation SOS Chats Noiraigue et soutenue par la Fondation Brigitte Bardot à Paris, qui a recueilli plus de 63 000 signatures. Une autre pétition, lancée simultanément par l’association Hilfe für Tiere in Not (Aide aux animaux en détresse) a, quant à elle, récolté 18 000 signatures supplémentaires en très peu de temps. Au total, plus de 80 000 personnes demandent que les chevreuils du cimetière ne soient pas abattus.»

«Tout ça parce que des jardiniers en ont marre de replanter des fleurs»

Tomi Tomek, présidente de SOS Chats Noiraigue

Pour l’instant, la vingtaine de chevreuils qu’il faudrait réguler pour cause de surpopulation, sont au bénéficie de l’effet suspensif obtenu après le recours de la Fondation Franz Weber contre l’autorisation de tir au mois de mai. Pour les deux représentantes de SOS Chats, Tomi Tomek et Aurore Lecerf, la rencontre de lundi leur a permis d’expliquer aux autorités bâloises qu’il existait de nombreuses solutions pour permettre une cohabitation entre les animaux et les usagers du cimetière: «C’était l’occasion pour nous, précise la première, de montrer qu’il y a des cimetières dans le monde où cela se passe bien, en Allemagne, en Autriche, à Londres, à Hollywood ou à New York. Dans ces endroits, on plante des fleurs ou des arbustes que les chevreuils ne mangent pas.» Sur le fond de l’affaire, l’amie des animaux regrette: «Ce qui me choque, c’est que le cimetière fait 54 hectares et d’après leur comptage, il y a 28 chevreuils et il faudrait en tirer 19, tout ça parce que des jardiniers en ont marre de replanter des fleurs.»

Pour la suite des événements, les opposants au tir des chevreuils ont pu obtenir une table ronde avec la voirie communale pour travailler sur un nouveau concept, qui n’implique pas le tir des animaux. En attendant ses résultats, les chevreuils du Hörnli peuvent dormir tranquille.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
20 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Rose

23.09.2020 à 21:02

Bravo à vous tous! C’est une noble cause 😍

GradInNord

23.09.2020 à 20:05

Moi Gérard Vanins chasseur pêcheur valaisan je les descendrais bien.

loup

23.09.2020 à 19:20

le LOUP les croquera dès qu'il sera là....