Actualisé

CimenterieHolcim consolide son bénéfice net

Au 1er semestre 2012, le producteur de ciment Holcim affiche un bénéfice net de 624 millions de francs, soit une hausse de 6,6% par rapport à l'an dernier, à la même période.

ARCHIVES, Keystone

Tirant notamment profit du boom de la construction en Asie ainsi que d’une reprise en Amérique du Nord, Holcim a accru sa rentabilité au premier semestre 2012. Malgré le tassement de la demande en Europe, le cimentier saint-gallois a vu son bénéfice net croître de 6,6% à 624 millions de francs.

La part du bénéfice net revenant aux seuls actionnaires de Holcim s’est quant à elle accrue de 9% à 389 millions de francs, a précisé mercredi le groupe établi à Jona. Reflet de la vigueur du franc, les effets de change ont pesé à hauteur de 6,2% sur le résultat net du groupe, la croissance atteignant 14,1% sur base comparable.

Le chiffre d’affaires s’est monté à 10,36 milliards de francs, en hausse de 2,1% par rapport aux six premiers mois de 2011. Là aussi, la performance a souffert de l’appréciation de la devise helvétique, les effets de change se montant à 140 millions ou 3,8%. Sur base comparable, les ventes ont augmenté de 5,8%.

Le résultat d’exploitation avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) a gagné 1,9% à 1,93 milliard de francs (+6,3% sur base comparable). Holcim indique avoir souffert de l’évolution défavorable des marchés européens ainsi que de charges de restructuration de 37 millions en Espagne, en Grande-Bretagne, au Brésil et au Mexique.

Hausses de prix

L’entreprise mentionne également l’impact de la hausse des coûts de transport par des tiers, principalement en Inde et aux Etats- Unis. Toutefois, Holcim a pu améliorer ses marges au 2e trimestre, à la faveur de la croissance des ventes et de hausses de prix. Reste que le groupe st-gallois juge que ces dernières n’ont pas encore atteint le niveau souhaité.

La performance d’ensemble s’est révélée légèrement inférieure aux attentes des analystes, à l’exception de l’EBITDA. Interrogés par l’agence AWP, ces derniers tablaient en moyenne sur un chiffre d’affaires de 10,49 milliards de francs et un bénéfice net après intérêts minoritaires de 391 millions.

A la Bourse suisse, l'action Holcim a ouvert en hausse avant de céder du terrain. Elle a clôturé en baisse de 1,17% à 59,30 francs, dans un marché SMI en très légère progression, non sans avoir décroché de près de 3% en matinée.

Dans le détail, les ventes se sont étoffées de 8,2% dans la région Asie Pacifique à 4,4 milliards de francs. Les livraisons ont fortement augmenté en Inde, aux Philippines, en Thaïlande, ainsi qu’en Indonésie. L’EBITDA a crû de 7,8% à 1 milliard.

Repli en Europe

Une évolution qui contraste fortement avec la situation difficile en Europe où le chiffre d’affaires a fléchi de 9,8% à 2,78 milliards de francs. Dans le même temps, l’EBITDA a plongé de plus d’un quart (-25,4%) à 282 millions.

En Amérique du Nord, la demande est repartie à la hausse aux Etats-Unis et les ventes ont nettement progressé de 12,9% à 1,34 milliard de francs. L’EBITDA a bondi de près de moitié (+49,1%) à 137 millions.

Le chiffre d’affaires s’est aussi étoffé en Amérique latine, soit de 3,9% à 1,71 milliard de francs. L’EBITDA a enregistré une augmentation de 5,3% à 462 millions. Les ventes ont crû de 3,3% à 498 millions dans la région Afrique et Proche-Orient, mais l’EBITDA a reculé de 4,9% à 160 millions.

Réorganisation présentée

Holcim indique par ailleurs avoir lancé en mai son programme de réduction des coûts, lequel doit permettre au groupe de doper son résultat d’exploitation de 1,5 milliard de francs au minimum d’ici 2014. Dans le cadre de ce projet, Holcim a présenté une réorganisation de sa direction générale et des structures régionales de l’entreprise.

Au 1er septembre prochain, Patrick Dolberg, Benoît Koch et Urs Böhlen abandonneront ainsi leurs fonctions à la direction générale. Alors que les deux premiers quitteront Holcim, Urs Böhlen continuera d’oeuvrer jusqu’à sa retraite en tant que conseiller pour le patron du groupe, Bernard Fontana.

Pour l’ensemble de 2012, Holcim table sur une demande en hausse dans les pays émergents. En Amérique du Nord, la demande devrait se poursuivre conformément aux prévisions, alors que pour l’Europe, le groupe table sur une baisse.

(ats)

Votre opinion