Golf: Hommage, clapping et nez cassé

Publié

GolfHommage, clapping et nez cassé

Une première journée à la Ryder Cup, où il n'a pas toujours été question de golf.

par
Julien Caloz

----------

Un ruban pour se souvenir

Vous l'avez sans doute remarqué si vous avez suivi les parties de la journée : certains golfeurs ont épinglé un ruban jaune à leur uniforme. Il s'agit d'un hommage à la golfeuse espagnole Celia Barquin Arozamena, assassinée dans l'Iowa il y a deux semaines. La jeune femme de 22 ans était un espoir de la discipline. Elle avait remporté le championnat d'Europe amateur en juillet dernier.

----------

Rory McIlroy en animateur

Depuis deux ans et l'Euro 2016 en France, peu d'événements sportifs se déroulent sans le désormais célèbre clapping islandais. Même les sportifs s'y mettent comme, ce matin au départ du numéro un, le Nord-Irlandais Rory McIlroy.

----------

Brooks Koepka désolé

L'Américain est apparu touché après que sa balla a heurté une spectatrice sur le trou numéro 6 vendredi matin. Perturbé dans son jeu par la suite, il a fini par remporter son match de double non sans avoir un mot de sympathie pour la blessée, ajoutant qu'il s'était senti «terriblement mal pour elle». La malheureuse a eu le nez cassé. Elle a été prise en charge par le service médical et emmenée à l'hôpital.

----------

La question (pas si) bête

Y'a-t-il du dopage dans le golf ? France Info s'est penché sur la question révélant que l'an dernier, l'Agence mondiale antidopage avait analysé 389 échantillons. Verdict : 1% des tests réalisés se sont révélés positifs. Mais quel intérêt auraient donc les golfeurs à se doper ? C'est la deuxième question pas si bête de la journée. La réponse est toute simple : les bêta-bloquants font baisser la pression artérielle et limitent donc les petits tremblements. Le joueur sera alors plus calme et plus concentré.

----------

Paris, enclave britannique

La Ryder Cup est organisée cette année par les Français mais on sent bien depuis notre arrivée au sud de Paris que les Britanniques ont pris les choses en mains. La signalétique est en miles, la plupart du personnel sur le site ne parle pas un mot de français, et les stands de nourriture et de boisson, par-delà l'immense tribune du numéro un, sont majoritairement tenus par des anglais. On y trouve même un véritable fish and chips.

----------

Ah, les fameuses statistiques !

On peut faire dire tout et son contraire aux statistiques. Ce matin par exemple, après le premier point gagné par les Etats-Unis, on apprenait que 79% des équipes qui ouvraient le score finissaient par s'imposer. De bon augure pour les visiteurs, donc. Sauf que depuis 1979 les Américains n'ont jamais remporté la compétition sur sol européen après avoir empoché la première session (3-1 en leur faveur ce matin). Finalement, la seule statistique valable est celle-ci : 100% des vainqueurs ne l'ont été officiellement qu'au terme du dernier match.

----------

A guichets fermés

Les équipes américaines et européennes ont joué à guichets fermés ce vendredi et ce sera encore le cas samedi et dimanche. Tous les billets ont été vendus depuis plus de six mois. Le Golf national de Guyancourt attend pas moins de 51 000 spectateurs par jour.

----------

Ils marchent sur du velours

Les professionnels de l'entretien du Golf national prennent bien garde de ne pas endommager le parcours. Avant de fouler les greens, ils nettoient même la semelle de leurs chaussures en chassant les saletés avec de l'air comprimé.

Ton opinion