11.11.2020 à 13:14

JaponHonda: feu vert inédit pour un système de conduite autonome

Le constructeur nippon devient le premier constructeur au monde à décrocher le droit de commercialiser l’un de ses systèmes avancés de conduite autonome .

Le groupe prévoit d’introduire ce système appelé «Traffic Jam Pilot» sur sa nouvelle berline Honda Legend d’ici fin mars 2021.

Le groupe prévoit d’introduire ce système appelé «Traffic Jam Pilot» sur sa nouvelle berline Honda Legend d’ici fin mars 2021.

Honda

Le japonais Honda a annoncé mercredi avoir obtenu le droit de commercialiser au Japon l’un de ses systèmes avancés de conduite autonome (niveau 3), devenant ainsi le premier constructeur automobile au monde à décrocher ce sésame.

Ce système de conduite autonome pourra être activé «dans certaines conditions, par exemple lorsque le véhicule est dans un embouteillage sur une autoroute», a précisé Honda dans un communiqué. Le groupe prévoit d’introduire ce système appelé «Traffic Jam Pilot» sur sa nouvelle berline Honda Legend d’ici fin mars 2021.

«C’est la première fois au monde qu’un constructeur automobile obtient cette désignation de niveau 3" pour un système de conduite autonome, a précisé à l’AFP un porte-parole de Honda. Dans un communiqué distinct, le ministère nippon des Transports a confirmé qu’il s’agissait d’une première mondiale. Une grille internationale de référence désigne des niveaux de 0 à 5 en matière de conduite autonome. Le niveau 3 correspond à une automatisation dans des conditions pré-définies.

Investissements massifs

Perçue comme l’avenir des transports, la recherche dans les véhicules autonomes fait l’objet d’investissements massifs de la part de nombreux constructeurs du monde entier. Honda est notamment associé à l’américain General Motors dans ce domaine.

En juillet, Elon Musk, le patron du champion américain des voitures électriques Tesla, s’était dit «extrêmement confiant» d’avoir dès cette année «les fonctionnalités de base d’une conduite autonome de niveau 5", soit le degré ultime d’autonomie.

Mais de nombreux obstacles réglementaires et juridiques restent toutefois à lever avant de voir des voitures circuler couramment sans chauffeur, soulignent les experts. Du fait de ces difficultés, l’allemand Audi par exemple a renoncé cette année à introduire son propre système de conduite autonome de niveau 3 sur son modèle A8.

Les législations routières commencent toutefois à évoluer dans certains pays pour autoriser le niveau 3, comme récemment au Japon ou en Corée du Sud. En plein vieillissement démographique accéléré, le Japon veut notamment faire jouer un «rôle majeur» aux véhicules autonomes pour faire face au problème croissant d’accidents de la route provoqués par des conducteurs âgés, a rappelé le ministère des Transports dans son communiqué.

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!