13.11.2014 à 14:13

SécuritéHonda rappelle des véhicules après le décès d'un conducteur

Le total des automobiles du constructeur japonais se porte à près de 10 millions. En cause, des risques de défauts présents sur les airbags.

Le modèle concerné par le risque de défauts sur les airbags est la Honda City.

Le modèle concerné par le risque de défauts sur les airbags est la Honda City.

Keystone

Honda a étendu le rappel de ses véhicules à travers le monde après l'annonce du décès d'un automobiliste en Malaisie. En cause, un airbag défectueux fourni par l'équipementier Takata.

Le constructeur automobile japonais a annoncé ce jeudi 13 novembre rappeler 170'000 voitures supplémentaires, ce qui porte à près de 10 millions le nombre de véhicules présentant potentiellement des défauts. Ce nouveau rappel du fabricant japonais concerne les modèles Honda City fabriqués entre novembre 2001 et novembre 2003.

Selon Honda, un conducteur d'une Honda City modèle 2003 est décédé le 27 juillet après avoir été touché par des éclats d'un coussin gonflable fabriqué par Takata qui a explosé.

Plusieurs enquêtes

Les airbags de Takata sont utilisés par de nombreux grands constructeurs et sont au coeur d'une enquête des autorités de régulation aux Etats-Unis où quatre personnes sont déjà mortes.

Tokyo a également annoncé le lancement d'une enquête. «Nous travaillons sur l'hypothèse que cela affecte d'autres (constructeurs)», a déclaré Masato Sahashi, responsable pour le rappel des véhicules au ministère japonais des Transports.

D'autres constructeurs touchés?

Takata a fabriqué plus de 100 millions d'airbags depuis 2000, selon des estimations du secteur et des données fournies par l'équipementier. Depuis 2008, plus de 17 millions de voitures équipées de ses airbags ont été rappelées, dont plus de 11 millions aux Etats-Unis.

Une porte-parole de Takata a refusé de dire si d'autres constructeurs pouvaient être affectés par le problème spécifique d'exposition excessive à l'humidité constaté dans l'accident survenu en Malaisie.

(ats/reuters)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!