Actualisé 19.06.2016 à 11:29

Euro 2016Hongrie, Belgique et Portugal visées par l'UEFA

Environ une semaine après le coup d'envoi, l'image de plusieurs équipes est entachée par le comportement de leurs supporters.

1 / 41
Un hooligan russe de 31 ans, soupçonné d'avoir participé au tabassage d'un supporter anglais, a été extradé depuis l'Allemagne et placé en détention provisoire en France. (Archives) (Lundi 12 mars 2018)

Un hooligan russe de 31 ans, soupçonné d'avoir participé au tabassage d'un supporter anglais, a été extradé depuis l'Allemagne et placé en détention provisoire en France. (Archives) (Lundi 12 mars 2018)

Keystone
Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve estime que l'Euro 2016 a été une réussite sur le plan sécuritaire. (Lundi 11 juillet 2016).

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve estime que l'Euro 2016 a été une réussite sur le plan sécuritaire. (Lundi 11 juillet 2016).

Regis Duvignau, Reuters
Des incidents entre fans et policiers ont éclaté aux abords de la fan zone de Paris, dimanche soir, lors de la finale de l'Euro entre le Portugal et la France. (Dimanche 10 juillet 2016)

Des incidents entre fans et policiers ont éclaté aux abords de la fan zone de Paris, dimanche soir, lors de la finale de l'Euro entre le Portugal et la France. (Dimanche 10 juillet 2016)

AFP

Les fédérations de Hongrie, de Belgique et du Portugal sont visées par des procédures disciplinaires pour des incidents divers causés par leurs fans dans les stades de l'Euro 2016, a indiqué l'UEFA.

L'Union européenne du football a déjà sanctionné la Russie d'une suspension avec sursis pour des débordements sérieux et a ouvert également des procédures contre la Croatie et la Turquie. Cela fait donc six équipes, soit un quart des engagés dans l'Euro, concernées par des procédures de discipline pour des écarts, plus ou moins graves, de leurs supporters.

Dans les procédures ouvertes ce dimanche, c'est la Hongrie qui risque le plus lourd. Certains de ses fans ont en effet provoqué des échauffourées avec stadiers et policiers au stade Vélodrome, dimanche à Marseille, avant le match contre l'Islande, avant de jeter des fumigènes sur la pelouse au pied des CRS après le coup de sifflet final.

L'instance disciplinaire de l'UEFA jugera le cas de la Hongrie mardi. Les dates de jugement pour la Belgique (usage de fumigènes et lancers de projectiles) et le Portugal (invasion du terrain) n'ont pas été encore précisées.

Les Portugais ne devraient toutefois pas écoper d'une sanction trop lourde, puisque l'envahissement du terrain a donné lieu à une belle image. Un fan transi a pris un selfie samedi soir sur la pelouse avec la mégastar Cristiano Ronaldo, qui s'est prêté au jeu, amusé, demandant même aux stadiers du Parc des Princes de laisser faire l'adolescent. Ce dernier en a pleuré de joie.

Supperters hongrois en garde à vue

Six supporters hongrois ont été placés en garde à vue après des incidents survenus samedi lors du match de l'Euro entre l'Islande et la Hongrie au stade de Marseille. Ils ont été interpellés pour avoir sauté par-dessus des barrières séparant les différentes tribunes du stade Vélodrome et pour avoir tiré des fumigènes sur la pelouse en fin de rencontre.

Les CRS étaient intervenus dans le stade avant le début de la rencontre pour contenir les mouvements de foule et sont restés positionnés dans les tribunes et au pied du virage Sud durant tout le match.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!