Actualisé 12.06.2020 à 12:34

AuditsHôpital de la Broye: démission en bloc du conseil

A la suite de deux audits sur les difficultés de l'Hôpital intercantonal, tout le conseil d'établissement rend son tablier. Trop de «défaillances» dans la gouvernance.

Interrogé par Keystone-ATS, l'actuel président du conseil Charly Haenni a précisé qu'il y aurait effectivement une suspension de ces projets d'agrandissement et de rénovation d'un bâtiment qui date de 1972 mais «non pas un renoncement».

Interrogé par Keystone-ATS, l'actuel président du conseil Charly Haenni a précisé qu'il y aurait effectivement une suspension de ces projets d'agrandissement et de rénovation d'un bâtiment qui date de 1972 mais «non pas un renoncement».

DR

Après le départ anticipé du directeur général à la fin de l'année 2019 et la démission de plusieurs cadres au sein de la direction générale, les Départements de la santé vaudois et fribourgeois avaient confié en décembre dernier à des experts externes le mandat de réaliser un examen approfondi de la gouvernance et des finances de l'HIB, ainsi que de son organisation médicale.

Manque de collégialité

Les audits pointent des «défaillances» dans la gouvernance, constatant notamment que le Conseil d'établissement, en «s'impliquant dans de nombreuses tâches au niveau opérationnel, n'est pas parvenu à se concentrer pleinement sur sa responsabilité stratégique». La direction générale de l'établissement, «marquée par des dissensions qui ont conduit à plusieurs départs, a fait preuve quant à elle de manque de collégialité», souligne aussi le rapport, selon un communiqué commun des deux cantons.

Les auditeurs relèvent aussi «une confusion des rôles dans la gouvernance médicale, des tensions et déficits de communication avec les services cliniques, et une perte de confiance du personnel médico-soignant envers ses organes de direction». Ils n'ont en revanche relevé «aucun dysfonctionnement majeur mettant en cause la sécurité des patientes et patients».

Agrandissement et rénovation suspendus?

Les experts recommandent donc dans un premier temps de renouveler le conseil d'établissement, «de manière à pouvoir marquer un tournant dans la résolution de la crise et afin de l'ouvrir notamment à des compétences spécifiques médicales et de gestion hospitalière».

L'HIB, comme les autres établissements hospitaliers, doit en effet «faire face à un environnement de plus en plus complexe en termes d'organisation des soins et de gestion financière». Ces défis rendent «nécessaire d'élargir les compétences du conseil d'établissement et de fonder le choix des membres sur des critères d'expertise davantage que sur des considérations géopolitiques», notent-ils encore. Les audits relèvent aussi la «nécessité pour l'HIB de renforcer sa capacité financière».

Eventuel redimensionnement

Le retour à l'équilibre des comptes est une des priorités. Les experts recommandent dès lors de «suspendre le projet d'agrandissement et de rénovation du site de Payerne et de réfléchir à un éventuel redimensionnement». Selon eux, l'HIB n'est pas en mesure actuellement d'assumer seul un investissement de 74 millions de francs. Interrogé par Keystone-ATS, l'actuel président du conseil Charly Haenni a précisé qu'il y aurait effectivement une suspension de ces projets d'agrandissement et de rénovation d'un bâtiment qui date de 1972 mais «non pas un renoncement». Le calendrier sera adapté, selon lui.

Renouvellement en automne

Les conséquences de cet audit ne se sont pas fait attendre: tous les membres du conseil d'établissement ont décidé à l'unanimité de remettre leur mandat, selon un communiqué du HIB. Ils disent vouloir «ouvrir la voie à des solutions visant à renforcer à long terme l'établissement». Ils resteront toutefois en fonction jusqu'à la nomination des nouveaux membres qui interviendra en automne.

Le conseil «partage les recommandations concernant les points audités, à savoir la gouvernance, la situation financière et l'organisation médicale. Il signale que des actions correctives sont déjà mises en œuvre», indique-t-il vendredi. Une des premières tâches de la nouvelle équipe stratégique sera de désigner rapidement un ou une directeur/directrice général et médical. Un directeur ad intérim avait été nommé en janvier pour six mois, «finalement prolongé au moins jusqu'à la fin de l'année», selon un porte-parole de l'HIB.

Structure indispensable pour la région

Les deux cantons, qui nomment quatre des six membres, lancent sans plus attendre une procédure pour renouveler le conseil d'établissement de l'HIB. Ils rappellent par ailleurs être convaincus que l'établissement intercantonal est «une structure hospitalière indispensable pour répondre aux besoins sanitaires de la population de toute une région».

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!