Formule 1 - Horner: «On se sent un peu comme dans Squid Game»
Publié

Formule 1Horner: «On se sent un peu comme dans Squid Game»

Ils ne sont plus que deux à se disputer le titre, à égalité de points. Mais alors que Lewis Hamilton a dominé la première journée d’essais de cet ultime Grand Prix, l’écurie de Max Verstappen affirme qu’elle a été traitée injustement face à Mercedes.

par
Luc Domenjoz

Les survivants

Lors de la conférence de presse, vendredi, les patrons des deux équipes rivales, Toto Wolff (Mercedes) et Christian Horner (Red Bull), sont assis l’un à côté de l’autre. Le deuxième est visiblement satisfait d’être là: «Chez Red Bull, tout le monde est très excité avant cette dernière course. Ce championnat a été comme un fabuleux voyage, mais je n’aurais jamais cru que nous serions là, à la veille du dernier Grand Prix, à égalité avec eux (ndlr: l’équipe Mercedes) que personne n’a pu battre depuis huit ans. Cette année, il y a eu des moments
intenses, il y a eu des moments très frustrants, on a repoussé toutes les limites, et on se sent un peu comme dans Squid Game, à avoir franchi toutes les étapes et à se retrouver à deux, à égalité, juste avant la fin du jeu. Que l’on gagne ou que l’on perde, dimanche, ça aura été fantastique.»

De son côté, Toto Wolff ne partage pas totalement l’enthousiasme du Britannique: «Oui, ce fut, à certains moments, joyeux, à d’autres très frustrant. Ce duel est positif pour les fans, mais il est aussi bénéfique pour
notre écurie, parce qu’il nous a aidé à trouver de nouvelles limites. Ce qui s’est passé au Brésil (ndlr: lorsque Lewis Hamilton a été disqualifié le vendredi soir) nous a tous réveillés et motivés à nous battre encore plus pour
compenser cette injustice…»

Horner et Wolff font la paix… jusqu’à la prochaine chicane!

Les deux hommes se sont serrés la main au cours de cette conférence de presse, se souhaitant mutuellement bonne chance, mais ils ne sont pas pour autant prêts à se lier d’amitié. «On a eu des mots très durs l’un envers l’autre cette saison, admet Christian Horner. Mais quand la bataille est aussi intense, il ne peut pas en être autrement. Cela découle de l’intensité de ce championnat. Il serait absurde et malhonnête de venir dire que j’adore Toto et que je partirai en vacances avec lui. Parce que je ne partirai pas en vacances avec lui!»

«Il serait absurde et malhonnête de venir dire que j’adore Toto et que je partirai en vacances avec lui. Parce que je ne partirai pas en vacances avec lui»

Christian Horner, directeur de l’écurie Red Bull

«Je ne suis pas sûr que nous nous amuserions vraiment, répond Toto Wolff. Parfois, quand on attaque mon équipe ou mes pilotes, mes émotions peuvent ressortir, c’est vrai. Mais chacun gère ça comme il peut.»

Deux poids, deux mesures?

Les deux pilotes sont à égalité parfaite de points (369,5 chacun), mais en réalité, Max Verstappen occupe la tête du classement puisqu’il compte une victoire de plus que Lewis Hamilton. Si les deux pilotes s’accrochent
dimanche et sortent de piste, le Néerlandais sera le champion du monde 2021. Pour lui rappeler qu’il n’est pas question de sortir volontairement son adversaire de piste, le directeur de course a émis une note, jeudi, rappelant que quiconque aurait un comportement allant à l’encontre de la sportivité se verrait «retirer des points au championnat.»

Pour Toto Wolff, ce rappel tombe à pic. Mais pour Christian Horner, il est parfaitement déplacé: «Ce Grand Prix n’est qu’une course parmi 22. Quelle différence y a-t-il entre elle et, disons, le Grand Prix d’Angleterre ou le Grand Prix de Hongrie (ndlr: deux épreuves au cours desquelles Max Verstappen a été sorti par une Mercedes)? Il faut de la constance dans les jugements des commissaires. C’est quand les gens constatent un manque de cohérence qu’ils deviennent fous. Cette note rappelée par Michael Masi figure au règlement depuis des années, tout le monde la connait. Pourquoi la ressortir aujourd’hui? Personne ne veut voir ce championnat se terminer en plaidant devant les commissaires ou dans un bac à gravier, en bord de piste. Avec leur désavantage au niveau du nombre de victoires, je comprends que Toto et Lewis ne parlent que de ça, mais nous ne voulons pas que cette course finisse par un accrochage. Nous voulons la gagner. Mais nous ne voulons pas de règle spéciale sortie de nulle part juste pour cette course. Quels qu’aient été les règlements jusqu’ici, ce qui a été jugé au virage 4 du Brésil (ndlr: lorsque Max Verstappen a entraîné Lewis Hamilton hors de la piste sans aucune sanction) doit aussi s’appliquer ici! »

«Nous ne voulons pas que cette course finisse par un accrochage. Nous voulons la gagner»

Christian Horner

«Le problème, c’est que les pilotes, selon ce que nous avons entendu, n’ont pas totalement compris ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, répond Toto Wolff. C’est pourquoi il faut le répéter clairement.»

Visiblement, ces deux-là ne sont pas prêts de s’accorder. Le risque de réclamation après la course, si leurs pilotes s’accrochent, reste grand.

Avantage Hamilton

Lewis Hamilton a terminé assez loin devant Max Verstappen au classement des essais de vendredi. Mais ces derniers servent avant tout à trouver les bons réglages pour la course, et à ce niveau-là, il semble que la Red Bull RB16B du Néerlandais soit tout aussi efficace que la Mercedes en pneus mediums. Il est difficile de dire quelle sera la monoplace la plus rapide en conditions de course.

Lewis Hamilton (au premier plan) a dominé les essais de vendredi à Yas Marina (Émirats arabes unis). Max Verstappen (au second plan) a signé le quatrième temps.

Lewis Hamilton (au premier plan) a dominé les essais de vendredi à Yas Marina (Émirats arabes unis). Max Verstappen (au second plan) a signé le quatrième temps.

AFP

Votre opinion