Bienne: Hotcha, c’est toute une vie dans une cassette
Publié

BienneHotcha, c’est toute une vie dans une cassette

Un musicien biennois doit tout à un ingénieur hollandais dont il ignorait le nom: Lou Ottens, mort mardi dernier à 94 ans. Le label «Calypso Now» de Rudi «Hotcha» Tüscher, 70 ans, est toujours actif.

par
Vincent Donzé
1 / 9
Il n’y a pas que de la musique underground sur ses cassettes: ici le ventriloque thurgovien Urs Kliby.

Il n’y a pas que de la musique underground sur ses cassettes: ici le ventriloque thurgovien Urs Kliby.

DR
La valise de Hotcha contient un trésor musical…

La valise de Hotcha contient un trésor musical…

Lematin.ch/Vincent Donzé
…inaudible pour quelqu’un dépourvu de lecteur.

…inaudible pour quelqu’un dépourvu de lecteur.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Rudi «Hotcha» Tüscher ne connaissait pas le nom de Lou Ottens jusqu’à jeudi dernier, lorsque la mort de l’inventeur de la cassette audio a été annoncée en Suisse. «Une bande dans une boîte, c’est une invention vraiment géniale», s’exclame le musicien et producteur biennois, qui possède un label toujours actif.

Le CD l’a tuée dans les années 1990, mais la K7 n’est pas ringarde pour autant: le label «Calypso Now», publiera une nouveauté dans quelques jours pour «Stanley & Stanley & Stanley», le groupe du musicien et journaliste de la RTS Alain Croubalian.

Pull my Daisy

La popularité de la cassette, Hotcha l’a découverte lors d’un séjour à New York, à l’époque du groupe de rock alternatif «Sonic Youth». À son retour, il a aligné des cassettophones pour réaliser des copies à la chaîne. Il a aussi acquis une machine à fabriquer des K7 avec des bandes de n’importe quelle longueur, de 3 à 90 minutes. «Je réalisais des copies à 5 francs, mais j’ai aussi vécu de la vente de cassettes vierges», glisse Hotcha.

Une cassette à 1 fr. 10, très peu pour lui: «Ça râpe la tête de lecture!» rigole ce producteur, pour qui la cassette est au vinyle ce que la photocopie est au livre: du «bidouillage». Explication: «En enregistrant, tu peux aller dans le rouge pour saturer le son», indique Hotcha. Pourquoi pas sur un vinyle? «Pour éviter à l’aiguille de sauter, on supprime les extrêmes», indique Hotcha. Et sur un CD? «Sur un support digital, la distorsion est affreuse», dit-il.

Tout est bruitage

«Tout est bruitage dans le rock expérimental», reprend Hotcha, en datant le revival de la K7 aux années 2000. «On travaille beaucoup avec les bandes et les bobines en Afrique et en Asie», relève le producteur biennois. Le cassettophone est pour lui un objet culte qu’il voit posé sur les tables de Jass pour écouter du «Bedele», nom donné à la musique champêtre.

Lui-même réalise des performances, avec ampli et haut-parleurs, en improvisant des mixages avec quatre valises à 60 cassettes. Un mélange de musique et de documents sonores improbables réalisé sous le nom de «Kassetten Massaker». Tout un programme, à 70 ans…

Le décès mardi dernier de l’ingénieur Lou Ottens a jeté une lumière sur son invention.

Le décès mardi dernier de l’ingénieur Lou Ottens a jeté une lumière sur son invention.

AFP

Votre opinion

3 commentaires