Cinéma - «House of Gucci»: les héritiers veulent porter plainte contre le film
Publié

Cinéma«House of Gucci»: les héritiers veulent porter plainte contre le film

La famille Gucci n’a pas du tout apprécié la manière dont sont dépeints Patrizia Reggiani et Aldo Gucci dans le film de Ridley Scott.

Lady Gaga et Adam Driver lors de la première de «House Of Gucci» à Los Angeles le 18 novembre 2021.

Lady Gaga et Adam Driver lors de la première de «House Of Gucci» à Los Angeles le 18 novembre 2021.

Getty Images via AFP

Les héritiers de la maison italienne de luxe Gucci ont menacé lundi d’intenter une action en justice contre le film de Ridley Scott «House of Gucci», qu’ils accusent de dépeindre les membres de la famille comme des «hooligans».

Le film se saisit de l’un des faits divers les plus retentissants de l’Italie des années 1990, l’assassinat de Maurizio Gucci (joué par Adam Driver), héritier de la maison italienne, commandité par son ex-épouse Patrizia Reggiani (Lady Gaga).

«La famille Gucci se réserve le droit de prendre toute initiative pour protéger son nom et son image, ainsi que ceux de ses proches», indique une lettre publiée par l’agence de presse italienne ANSA et signée des héritiers d’Aldo Gucci (1905-1990), le fondateur de la marque de luxe.

«Hooligans»

La lettre précise que les héritiers Gucci ont été particulièrement blessés par la description de Patrizia Reggiani, «une femme condamnée pour avoir commandité le meurtre de Maurizio Gucci (présentée) comme une victime». Elle regrette aussi qu’Aldo Gucci et ses proches soient dépeints comme «des hooligans, ignorants et insensibles au monde qui les entoure».

«House of Gucci» est réalisé par le Britannique Ridley Scott, 83 ans, auteur de plusieurs films parmi les plus emblématiques de ces 40 dernières années comme «Blade Runner», «Alien», «Gladiator» ou «Thelma et Louise».

La famille Gucci n’est plus impliquée dans la marque de luxe depuis les années 1990. Celle-ci est aujourd’hui la propriété du groupe français Kering, fondé par le milliardaire François Pinault.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires