05.10.2019 à 10:52

Hockey sur glaceHubert Waeber: «On n’avait plus le choix»

Nouveau président de FR Gottéron, Hubert Waeber doit déjà gérer une crise. Son club vient de virer son entraîneur, Mark French. Il s’explique.

par
Sport-Center
Hubert Waeber: «L’aspect financier ne devait pas impacter sur la bonne marche de la première équipe.»

Hubert Waeber: «L’aspect financier ne devait pas impacter sur la bonne marche de la première équipe.»

Keystone

Actuellement à l’étranger, Hubert Waeber ne s’attendait probablement pas à devoir activer le couperet aussi rapidement lors de sa première saison en tant que président des Dragons. C’est pourtant ce qui vient d’arriver ce samedi matin, puisque l’annonce de licenciement de Mark French et de son assistant, Dean Fedorchuk, est tombée à 9h et quelques. Christian Dubé, directeur sportif, va prendre la place sur le banc ce samedi soir contre Rapperswil en compagnie de Pavel Rosa, employé du mouvement junior.

Hubert Waeber, racontez-nous votre soirée de vendredi et cette claque à Ambri (4-0)...

Nous avions décidé de faire le point après les deux matches de ce week-end contre Ambri et Rapperswil. Et puis, il y a eu ce premier tiers raté. Nous sommes tout le temps en contact avec Raphaël Berger (ndlr: directeur général) et Christian Dubé (ndlr: directeur sportif). Après la rencontre, nous nous sommes appelés. Et il était devenu clair qu’on n’avait plus le choix.

Vous voici désormais avec un Christian Dubé à la bande en tant qu’intérimaire...

C’est lui qui est venu avec cette proposition. J’ai apprécié qu’il prenne sa part de responsabilité et veuille sortir l’équipe de cette situation. Pavel Rosa, qui est un excellent entraîneur dans notre mouvement junior, n’aurait peut-être pas accepté de le faire tout seul. Il est peut-être trop gentil. Christian Dubé sera là pour réveiller l’équipe.

Cette solution est-elle amenée à durer?

Écoutez, le but est désormais de nous concentrer sur le match de ce samedi soir contre Rapperswil. Christian Dubé ne doit pas penser à autre chose pour le moment. Dimanche, il pourra se pencher sur la question à tête reposée. Il faut voir ce qui existe sur le marché. Quelle est notre vision pour le futur. Il aura du travail.

Financièrement, un tel choix a un coût, surtout que Mark French avait encore un contrat pour la saison prochaine.

On va devoir travailler pour effacer cela, c’est sûr. Mais à un certain moment, c’est une décision qui s’est imposée. L’aspect financier ne devait pas impacter sur la bonne marche de la première équipe.

La nouvelle patinoire et les attentes qu’elle engendre ont-elles eu un impact sur l’aspect rapide de cette décision?

Rappelez-vous les quatre derniers matches de la saison régulière 2018-2019. L’équipe ne jouait pas. Christian Dubé a amené plus de qualité, notamment au niveau des étrangers. Mais rien n’a changé dans notre façon de jouer. Lors de la préparation, nous avons aperçu une amélioration, mais les premiers matches ont ressemblé à ceux de la saison dernière. Nous ne marquons pas de buts et en encaissons toujours trop. Bref, nouvelle patinoire ou non, cette décision devait être prise.

Grégory Beaud

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!