Publié

FootballHugo Lloris, une star reléguée en tribune

Le gardien français n'a pas la confiance d'André Villas Boas à Tottenham. Avant d'affronter l'Italie ce soir, Didier Deschamps lui maintient la sienne. Reste à savoir pour combien de temps.

par
Renaud Tschoumy
Huog Lloris n'est pas dans les bons papiers de son manager à Tottenham. Sa place de titulaire en équipe de France pourrait être menacée.

Huog Lloris n'est pas dans les bons papiers de son manager à Tottenham. Sa place de titulaire en équipe de France pourrait être menacée.

AFP

Les internationaux français se sont retrouvés lundi à Clairefontaine pour préparer le match de ce soir en Italie. Et «la» grande question est de nouveau revenue sur la table: Hugo Lloris, remplaçant à Tottenham Hotspur, conservera-t-il la confiance de Didier Deschamps?

Dans un premier temps, le sélectionneur français a volé au secours du Niçois d'origine, devenu capitaine des Bleus en février de cette année. «On n'est pas en train de parler d'un joueur qui ne joue pas. Depuis son excellent match en Espagne, il a tout de même été titularisé à trois reprises.»

A savoir: une fois en Coupe de la Ligue (défaite contre Norwich) et deux fois en Ligue Europa. Sa dernière sortie remonte à jeudi dernier. Les Spurs se sont certes imposés 3-1 contre Maribor, mais le but slovène est la conséquence d'une immense bourde de Lloris, qui a voulu dribbler un attaquant, mais qui s'est planté.

De la patience, mais jusqu'à quand?

Son manager à Londres, André Villas Boas, a beau dire que cette erreur «n'affectera pas ses choix futurs», c'est bel et bien l'Américain Brad Friedel (41 ans) qui a joué – et perdu – dimanche sur la pelouse de Manchester City. Deschamps à la réplique: «Hugo vit cette situation du mieux possible, même s'il voudrait jouer plus.»

Son ancien coéquipier à Lyon Bafé Gomis a, lui aussi, pris la défense de son pote: «Tout cela m'attriste et me surprend, surtout quand on considère sa performance en Espagne. Dans une carrière, c'est comme ça, tu dois savoir te montrer patient. Mais je suis convaincu qu'il aura l'occasion de démontrer qu'il est l'un des meilleurs gardiens du monde.»

Au vrai, la situation vécue par Lloris montre à quel point un choix de carrière peut être déterminant. Lorsqu'il s'est engagé en faveur des Tottenham Hotspurs cet été – un transfert de près de 15 millions de francs hors bonus –, Hugo Lloris, à 25 ans, entendait bien donner une nouvelle impulsion à sa carrière. Passer de l'OL aux Spurs, c'est un indéniable changement de catégorie. Encore faut-il être aligné.

Aucune chance d'être cédé

Devant cette situation figée, le président du club londonien, Daniel Levy, a déjà demandé des explications à son manager. Mais Villas Boas en a visiblement marre d'être pris à partie sur ses choix. Sa réponse à une remarque de Didier Deschamps en atteste: «Ça rentre par une oreille et ça sort par l'autre.» Ce à quoi Deschamps a répondu: «J'ai aussi deux oreilles. Ce qu'il (Villas Boas) dit me fait le même effet.»

En plus de chercher à s'imposer à Londres et à garder sa place de titulaire en équipe de France, voilà que Lloris se retrouve au centre de la polémique. Le gardien français a prévu de faire le point sur sa situation samedi, après le derby de Premier League Arsenal - Tottenham de samedi. Un match que Lloris a toutes les chances de vivre depuis le banc, même s'il devait réussir une performance mondiale ce soir contre l'Italie.

Le pire, c'est que le club de White Hart Lane a communiqué hier qu'il n'y avait «absolument aucune chance qu'il soit vendu en janvier» lors du mercato hivernal. Lloris n'est pas sorti de l'auberge.

Eux aussi se sont trompés dans leur choix

Ton opinion