Huit coopérants turcs ont été enlevés par un gang en Haïti
Publié

HaïtiHuit coopérants turcs ont été enlevés par un gang

Dimanche, des Turcs œuvrant pour une ONG musulmane de promotion de l’éducation ont disparu.

Haïti est en proie à une recrudescence des violences entre gangs et des enlèvements commis par ces derniers. La population est régulièrement prise en étau.

Haïti est en proie à une recrudescence des violences entre gangs et des enlèvements commis par ces derniers. La population est régulièrement prise en étau.

REUTERS

Huit citoyens turcs ont été enlevés, dimanche après-midi, par un gang près de Port-au-Prince, alors qu’ils venaient en autocar de la République dominicaine et se rendaient vers la capitale haïtienne, a annoncé, lundi, le consul honoraire de Turquie en Haïti. «Pendant leur rapt, pendant qu’ils débarquaient du bus dans lequel ils se trouvaient, ils ont eu le temps de contacter leur organisation», a précisé Hugues Josué. «Ils sont huit et ce sont des coopérants pour une organisation de promotion de l’éducation.»

Ces jeunes, cinq hommes et trois femmes, âgés de 20 à 26 ans, ont été enlevés à l’est de Port-au-Prince, entre les communes de Croix des Bouquets et de Ganthier. L’association haïtienne pour la promotion de l’éducation, dont ils sont membres, travaille depuis 2019 dans le pays et fournit des cours de langues et d’enseignement religieux musulman, selon les informations disponibles sur le site internet de l’organisation.

Les gangs gagnent du terrain

Depuis plusieurs années, l’un des plus puissants gangs d’Haïti, appelé 400 mawozo, contrôle la zone située entre la République dominicaine et Port-au-Prince, où les ressortissants turcs ont été enlevés. En avril dernier, cette bande armée avait séquestré dix personnes, dont deux religieux catholiques français. À l’automne, un groupe de 17 missionnaires nord-américains et des membres de leurs familles, dont cinq enfants, âgés de 8 mois à 15 ans, avait été retenu en otage par ce gang pendant plusieurs semaines.

Depuis plus d’un an, Haïti est en proie à une recrudescence des enlèvements, commis par des gangs dont l’emprise territoriale s’est drastiquement accrue à travers le pays, et principalement sur la capitale.

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire