Actualisé 03.09.2017 à 04:04

KenyaHuit écolières tuées dans l'incendie de leur dortoir

Une enquête devra notamment dire si cet accident prolonge l'inquiétante série de 113 incendies volontaires de 2016.

L'un des dortoirs touchés paar l'incendie dans un établissement scolaire de la capitale Nairobi. (Image - samedi 2 septembre 2017)

L'un des dortoirs touchés paar l'incendie dans un établissement scolaire de la capitale Nairobi. (Image - samedi 2 septembre 2017)

Keystone

Huit adolescentes sont mortes et 10 autres ont été blessées dans la nuit de vendredi à samedi dans l'incendie du dortoir de leur école au Kenya, selon un bilan donné par le ministère kenyan de l'Education Fred Matiangi. La cause de l'incendie n'est pas connue.

«Un incendie s'est déclaré à l'école à 02h00 du matin dans l'un des dortoirs», a dit Fred Matiangi, également ministre de l'Intérieur, à la presse. Dans un premier temps, il avait indiqué que sept filles avaient perdu la vie. Environ 1200 élèves sont scolarisées dans cet établissement pour la plupart âgées entre 14 et 18 ans.

Le gouvernement a ordonné la fermeture du lycée, situé dans la capitale kényane Nairobi, pendant deux semaines, le temps d'enquêter, a ajouté Fred Matiangi lors de sa visite sur les lieux du sinistre. Les élèves, choquées pour nombre d'entre elles, ont été renvoyées dans leurs familles.

113 incendies d'écoles

Lors du premier semestre 2016, le Kenya avait été confronté à une vague sans précédent d'incendies volontaires d'écoles publiques: entre juin et juillet 2016, 113 écoles secondaires réparties aux quatre coins du pays avaient ainsi été partiellement détruites par le feu.

Quelque 150 élèves avaient alors été arrêtés et inculpés d'incendie criminel, tout comme dix enseignants.

Les causes de cette épidémie d'incendies avaient été difficiles à cerner par les autorités. La presse kényane s'était alors fait l'écho d'un éventail de possibles raisons: représailles d'un «cartel» associé au juteux trafic de sujets d'examens, grogne face à la modification du calendrier scolaire et fronde contre les méthodes perçues comme autoritaires de M. Matiangi.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!