Hockey sur glace: Huit joueurs étrangers? Ce sera discuté lundi
Publié

Hockey sur glaceHuit joueurs étrangers? Ce sera discuté lundi

Lundi, les dirigeants des clubs de ligue nationale se rencontrent à Berne. Le futur du hockey devrait s’y jouer.

par
Sport-Center
Zwerger, Hofer et Trisconi (de g. à dr), tous ‹Suisses› aujourd'hui. Et à l'avenir?

Zwerger, Hofer et Trisconi (de g. à dr), tous ‹Suisses› aujourd'hui. Et à l'avenir?

Quatre étrangers? Cinq étrangers? Six étrangers? Voire huit étrangers? La crise a au moins le mérite de faire tomber bien quelques barrières dans le milieu du hockey suisse. Au moment d’échafauder des plans sur l’avenir, les dirigeants des clubs de National League et de Swiss League, plus aucun tabou ne semble exister.

Avec notamment Bienne à la manoeuvre, une proposition semble carrément casser les codes. L’idée est en effet d’augmenter le nombre d’étrangers dans la ligue à huit par club et d’effectuer une modification majeure dans le statut de certains joueurs. Serait ainsi considérés comme étranger toute individualité ne pouvant pas être éligible pour jouer avec le maillot de l’équipe de Suisse. Concrètement les Ronalds Kenins, Josh Jooris (Lausanne), Floran Douay, Dennis Smirnovs, Tim Bozon (GE Servette), Jordann Bougro (FR Gottéron), Stefan Ulmer, Fabio Hofer (Bienne) et de nombreux autres seraient considérés comme joueurs importés si cette idée venait à passer la rampe. A quel horizon? Ce serait discuté lundi si l'idée venait à séduire les dirigeants.

Problème de formation

Actuellement, bon nombre de joueurs des mouvements juniors des clubs viennent de l’étranger. Lettonie, France, Italie, Autriche sont les principales nations de provenance de ces joueurs. Après cinq saisons dans le système de formation helvétique, ces talents obtiennent le droit d’évoluer en qualité de joueur suisse. Ce fut notamment le cas d’Elvis Merzlikins (Columbus/NHL). «Si une telle proposition venait à passer, ce serait un vrai problème pour la formation, car le niveau baisserait immanquablement», nous a confié un observateur du milieu peu favorable à une telle initiative.

L’idée aurait pour but de faire descendre les salaires des joueurs suisses avec davantage de place pour les importés. Cela permettrait ainsi de faire baisser la pression sur les clubs. Les différents acteurs du milieu interrogés ont pour l’heure plus de questions que de réponses concernant cette proposition qui sera débattue lors du brainstorming de lundi.

Grégory Beaud

Votre opinion