Soins: Hygiène: marchés et stands de nourriture peuvent mieux faire
Actualisé

SoinsHygiène: marchés et stands de nourriture peuvent mieux faire

Sur près de 600 inspections en 2019, seuls 54% des stands respectaient parfaitement les exigences en matière d’hygiène, relèvent les chimistes cantonaux.

Des manquements fréquents ont été constatés concernant les installations de lavage des mains, la gestion des allergènes, les conditions de stockage et la traçabilité.

Des manquements fréquents ont été constatés concernant les installations de lavage des mains, la gestion des allergènes, les conditions de stockage et la traçabilité.

Keystone

Pratiquement un marché et stand de nourriture sur deux (46%) ne correspondent pas aux exigences en matière d’hygiène au sens large, selon les chimistes cantonaux. Les marchés et stands de nourriture ont été passés sous leur loupe au printemps-été 2019.

L’an dernier à la même époque, les services des chimistes cantonaux de toute la Suisse ont effectué presque 600 inspections de stands sur les marchés ou lors de manifestations publiques dans le cadre d’une campagne coordonnée. Ainsi, 54% des stands respectaient parfaitement les exigences légales, ont-ils fait savoir lundi.

Dans 46% des cas en revanche, des manquements fréquents ont été constatés concernant les installations de lavage des mains, la gestion des allergènes, les conditions de stockage et la traçabilité. Dans tous les cas de non-conformités, l’élimination immédiate des défauts a été ordonnée.

Taux de non-conformité trop élevés

Selon cette évaluation, il n’y a pas de différences nettes selon les régions et les catégories de stands. Parmi les problèmes décelés dans les stands de vente de fruits et légumes, figure celui de la traçabilité des produits lorsqu’ils ne proviennent pas de leur propre production: les déclarations des pays de production ou des labels ne sont pas toujours bien maîtrisées.

Pour les autres stands, les problèmes les plus fréquents concernaient essentiellement des manquements au niveau des installations de lavage des mains (16 %), à la gestion des allergènes (22 %), aux conditions de stockage (température et protection des denrées) (12 %) et à la traçabilité (14 %).

Globalement, ces taux de non-conformité sont encore trop élevés, estiment les chimistes cantonaux. Dans tous les cas de non-conformités, l’élimination immédiate des défauts a été ordonnée et les contrevenants s’exposent à des sanctions s’ils n’obtempèrent pas.

(ats)

Votre opinion