Nouveau nom: Hyundai ressuscite Tucson et le transforme en objet de luxe

Publié

Nouveau nomHyundai ressuscite Tucson et le transforme en objet de luxe

Adieu ix35, bonjour Tucson. Le constructeur coréen a repris un vocable du passé pour rebaptiser son SUV de milieu de gamme. Il le veut compétitif dans un segment supérieur.

par
Gil Egger
1 / 5
Le premier Tucson avait une allure très ronde, le dernier-né de Hyundai se positionne plus clairement comme un SUV de taille confortable

Le premier Tucson avait une allure très ronde, le dernier-né de Hyundai se positionne plus clairement comme un SUV de taille confortable

DR
Les capacités de franchissement sont bien réelles et impressionnantes.

Les capacités de franchissement sont bien réelles et impressionnantes.

DR
Le conducteur choisit ses modes de conduite pour affronter toutes les situations.

Le conducteur choisit ses modes de conduite pour affronter toutes les situations.

DR

Le changement de dénomination a quelque chose de symbolique. Les «i» accolés aux numéros simplifient la hiérarchie, les noms apportent de la personnalité. Le SUV ix35 s'est vendu à 2510 exemplaires en 2014 en Suisse. Sa meilleure année. Le Tucson qui lui succède est motorisé par des 4 cylindres diesel connus, qui voient leur couple augmenter. Un nouveau moteur à essence apparaît. Ce ne sera pas la majorité des ventes, nous avons pourtant choisi de l'essayer. Il a une cylindrée réduite de 1,6 l et remplace le précédent 2l.

Afin de le rendre plus efficace en consommation, Hyundai a mis au point une boîte à double embrayage à sept rapports qui lui va comme un gant. Onctueuse, réactive, elle permet de limiter la consommation de cet imposant véhicule à 7,5 l/100 km. Pour ceux qui affichent leur préférence pour l'essence, cette combinaison paraît comme l'une des meilleures du marché.

Il est évident que les Suisses se tourneront vers le diesel. Hyundai a l'expérience des années passées: 86% des ventes, plus des deux tiers avec boîte automatique. N'évoquons qu'à peine la possibilité de l'acquérir en deux roues motrices, un choix très marginal dans notre pays.

La refonte a été totale

Le nouveau Tucson a une ligne générale judicieusement modernisée. Les designers ont voulu souligner son dynamisme par des plis latéraux ascendants. La calandre massive, les phares effilés et le bouclier assoient la voiture. Le recours à des aciers de haute résistance augmente la rigidité de la caisse de 48% par rapport au ix35. Les suspensions modifiées filtrent bien les inégalités et elles se comportent vaillamment dans le terrain.

Devant son centre des environs de Francfort, Hyundai a aménagé une piste d'exercice assez tortueuse. Montées abruptes, descentes vertigineuses succèdent à des passages de gués. La voiture se retrouve sur trois roues dans plusieurs situations, sans que le moindre grincement se fasse entendre, démontrant la pertinence du choix d'une rigidité accrue. Un simple bouton permet de bloquer la répartition du couple à raison de 50% sur l'avant et autant sur l'arrière.

Un travail particulier s'est concentré sur la direction. Un robot a été utilisé, sur lequel les forces très exactes nécessaires à accomplir les gestes de tourner le volant ont été paramétrées. Pour le conducteur, le constat est qu'il y a peu d'effort à faire et que la précision est excellente. Cette précision se montre indispensable quand il faut positionner les roues sur deux poutres parallèles. Démonstration convaincante… On peut la trouver un peu avare en retour d'information sur route, mais c'est du domaine du détail.

Viser les segments supérieurs

Insistant sur le fait que tous les SUV pour l'Europe sortent d'usines du continent, Hyundai veut également montrer la voie de son avenir avec le Tucson. Il porte les ambitions de conquête, par son design d'abord, assez audacieux. L'ensemble des équipements et de la connectivité doit plaire aux consommateurs européens exigeants.

L'habitacle dégage une impression de volume important. Autre sentiment qu'il fallait susciter: celui de qualité. Les matériaux et les couleurs vont dans le sens d'une valorisation, le constructeur coréen souhaite que cela soit une alternative à des SUV bien plus prestigieux, entendez BMW, Mercedes-Benz ou Audi, les trois leaders du domaine. Pour cela, des détails comme des sièges chauffants à l'arrière, au dossier inclinable, apportent leur contribution. Ajoutons que l'habitabilité est excellente et les rangements bien pensés.

La connectivité et la navigation répondent aux derniers désirs. Le navigateur TomTom LIVE propose des mises à jour en temps réel pour connaître la météo, le trafic. Il peut aussi suggérer des centres d'intérêt. L'électronique investit également la sécurité, avec des alertes et des protections du meilleur niveau.

La marque a battu son record de vente pour la demi-année: plus de 237 000 en Europe. Un signe que sa stratégie paie.

Hyundai Tucson 1,6 T-GDI

Dimensions (LxlxH): 4,48 x 1,85 x 1,65 m Empattement: 2,67 m Places: 5 Coffre: 513 l (maxi 1505 l) Poids: 1854 kg à vide Prix: 41 650 fr.

Moteur

Cylindres: 4 turbo Cylindrée: 1591 cm3 Boîte: 7 auto double embrayage Chevaux (kW): 177 (130) Couple maxi: 265 Nm

Aides à la conduite

Contrôle de stabilité, aide au démarrage en côte, limiteur en descente, VSM vehicle stability management avec support de braquage, parcage automatique, alerte de franchissement de ligne, surveillance de la pression des pneus, freinage d'urgence automatique, assistant d'angle mort, alerte de trafic transversal arrière.

Performances

Vitesse max: 201 km/h 0-100 km/h: 09''1

Consommation

Mixte normalisée: 7,5 l/100 km Emissions de CO2: 175 g/km Etiquette énergie: F Autres versions: diesel 1,7 2WD 24 950 fr., 4WD 136 ch 34 150 fr., 185 ch 38 850 fr.; essence 4WD dès 36 850 fr.

Garantie

5 ans km illimités

Ton opinion