06.08.2020 à 16:02

TristesseIbrahim Maalouf au Liban: «On a cru qu’on se faisait bombarder»

Le musicien franco-libanais était près de Beyrouth, lorsque la ville a été dévastée par deux terribles explosions ce mardi 4 août. L’artiste raconte l’horreur du moment alors qu’il était entouré de sa famille et espère une aide internationale.

Ibrahim Maalouf a dit: «C’est une tristesse absolue pour ce pays, qui souffre déjà considérablement d’une crise économique historique, inédite.»

Ibrahim Maalouf a dit: «C’est une tristesse absolue pour ce pays, qui souffre déjà considérablement d’une crise économique historique, inédite.»

AFP

Ce mardi 4 août, en fin de journée, deux explosions ont retenti à Beyrouth, au Liban. Selon les autorités du pays, un incident s’est produit dans un bâtiment contenant une cargaison de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium. Un incident qui a fait plus d’une centaine de morts et des milliers de blessés.

Si beaucoup de personnes ont perdu des proches, Ibrahim Maalouf a eu la chance d’être relativement épargné: «Dans ma famille, il n’y a heureusement pas eu de décès. Mais des enfants ont eu des blessures graves, des très proches sont à l’hôpital.»

On a couru sous les abris qu’on utilisait dans les années 1980 durant la guerre civile

Ibrahim Maalouf

Le musicien a raconté ce qu’il a vécu durant cette journée: «On a entendu la première explosion, longue et sourde, alors qu’on papotait tranquillement. On s’est regardés un peu bizarrement, sans réagir. Malheureusement, on a l’habitude. J’ai pensé: «Il doit y avoir un attentat, une voiture piégée…» Quelques secondes après, il y a eu cette énorme déflagration, s’est-il souvenu pour «Nice-Matin». Celle-là était monstrueuse, monstrueuse! La maison a tremblé. On a cru qu’on se faisait bombarder. J’ai appelé ma fille et ma famille, on a couru sous les abris qu’on utilisait dans les années 1980 durant la guerre civile. Trente ans plus tard, on en est encore là…»

Ibrahim Maalouf est anéanti par ce qu’il s’est passé: «C’est une tristesse absolue pour ce pays, qui souffre déjà considérablement d’une crise économique historique, inédite. Même pendant la guerre civile, le pays n’avait jamais été assez à ce niveau-là. Évidemment, la Covid n’arrange rien… Toute la politique est corrompue. Ce pays vivait déjà dans un drame latent depuis des années, sinon des décennies.»

Il compte sur «les Libanais de dehors»

Le musicien espère qu’il y aura une «aide internationale», mais a surtout lancé un appel à la diaspora libanaise: «Elle est riche, puissante, intéressante, cultivée, multiculturelle, de toutes les confessions, très solidaire avec le pays… mais elle vit loin. Moi, je fais partie de la diaspora restée très proche du Liban. Je compte beaucoup sur la solidarité des Libanais de dehors, a-t-il confié au journal français. Il va falloir compter sur elle pour que le pays ne s’écroule pas.»

(LeMatin.ch)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

trompette

07.08.2020 à 07:06

il a réglé son jugement pour attouchement sur mineur lui ? checkez