Football: Ibrahim Tall, intraitable derrière, décisif devant

Publié

FootballIbrahim Tall, intraitable derrière, décisif devant

Le Français dirige la meilleure défense de Promotion League. Et samedi, face à Bâle M21, il a inscrit le but de la victoire.

par
Tim Guillemin

La Promotion League en est à sa douzième journée. Les joueurs en vue, les affiches, les phrases-choc: vous ne manquerez rien de ce qui concerne les six clubs romands de ce niveau, à savoir La Chaux-de-Fonds, Yverdon, Bavois, Stade-Lausanne-Ouchy, Sion M21 et le Stade Nyonnais.

Le joueur du week-end

Ibrahim Tall. A 36 ans, le défenseur central est le patron de l'arrière-garde du Stade Nyonnais et il le prouve semaine après semaine. Les Jaune et Noir ont la meilleure défense de Promotion League (10 buts encaissés en 12 matches) et l'ancien défenseur de Sochaux, de Nantes et de Heart of Midlothian y est pour beaucoup. En plus, samedi, il a inscrit le but de la victoire face à Bâle M21, de la tête sur corner à la 82e.

Guerrier intraitable, à la mentalité exemplaire, «Ibou» est beaucoup plus qu'une simple valeur sûre. Son humilité et ses qualités humaines en font un exemple à suivre pour chaque jeune footballeur. Il n'y a qu'à entendre la manière dont ses coéquipiers parlent de lui pour s'en rendre compte.

La promesse du week-end

Ridge Mobulu a tout fait tout seul pour inscrire le 1-0 du Stade Nyonnais face à Bâle. L'ailier droit a récupéré un ballon à 40 mètres, a pris de vitesse deux défenseurs et est allé tromper Jozef Pukaj d'un tir croisé parfait, juste sous la lucarne du but bâlois. Un but caractéristique des qualités de l'attaquant aiglon: vitesse, percussion, sens de l'élimination. Nyon pourrait bien avoir réussi un sacré coup en le faisant venir il y a quelques semaines, pour autant qu'il fasse preuve de constance.

Tout le problème est là, avec Ridge Mobulu: sur une action, il est digne de la Super League, sans exagérer la moindre seconde. Il l'a prouvé d'ailleurs à Lucerne. Le souci, c'est qu'il peut complètement disparaître du match suivant. C'est ce qui explique, d'ailleurs, qu'il joue en Promotion League aujourd'hui et pas un (ou deux) cran (s) plus haut.

Le chiffre du week-end

Dix. Soit le nombre de titulaires samedi du Stade Nyonnais à avoir joué soit en Super League soit en Challenge League dans leur carrière. Seul Antonio Moreno Navarro ne connaît pas ce niveau, lui qui vient tout droit des Canaries, où il jouait en Segunda B espagnole. Ce qui doit bien valoir une deuxième division suisse, soit dit en passant. Nyon, on l'a dit et redit, a une équipe pour jouer plus haut. Et, bonne nouvelle, les hommes d'Oscar Londono ont repris deux points sur Kriens ce week-end.

Avec une vraie perspective de prendre la tête dans une semaine, vu que le SCK se déplace à Savièse y affronter Sion M21 (8e), tandis que Nyon s'en ira à Zurich défier YF Juventus (14e). Il y aura un bon coup à jouer, c'est sûr.

La folle série des jeunes Sédunois

On était très inquiet pour Sion M21 en début de saison. Les jeunes Valaisans ont en effet débuté par trois défaites et il était à craindre qu'ils doivent jouer la relégation. Mais, depuis, ils se sont bien repris, étant invaincus depuis neuf matches, plus longue série en cours en Promotion League! Avec trois victoires et six nuls, la barre a été redressée à la perfection et l'avance sur Old Boys, premier relégable, est désormais de sept points.

Parmi les bonnes nouvelles du week-end, signalons le but de Freddy Mveng. Le Camerounais de Lausanne est rétabli et postule désormais à nouveau à une place dans le groupe de Paolo Tramezzani. Sinon, Ahmet Özcan, un autre Vaudois, a lui aussi marqué. Et Köniz est tombé, dans son Liebefeld (1-3).

Yverdon a craqué en fin de match cette fois

On a souvent loué le caractère d'Yverdon Sport, qui a fait la différence en fin de match de nombreuses fois. A Cham, c'est le contraire qui s'est produit, puisqu'YS, qui menait au score, s'est incliné 2-1 à la dernière minute. Ousmane Doumbia a fait ses débuts à mi-terrain, se montrant logiquement à court de rythme. Yverdon compte cinq points de retard sur Kriens, trois sur Nyon.

Cet hiver, Mario Di Pietrantonio et Anthony Braizat devront se poser les bonnes questions, dont la suivante: faudra-t-il partir pour le deuxième tour avec un effectif resserré et solidaire, avec tous les risques que cela comporte? Ou, au contraire, garder tout le monde et prendre le risque que la grogne monte chez les éléments jouant moins, au risque de péjorer l'esprit d'équipe? Pas facile...

Muamer Zeneli, l'homme qui joue partout

Il a débuté la saison latéral gauche, il a ensuite été aligné à mi-terrain et samedi, face à Stade-Lausanne, il a joué ailier gauche. Muamer Zeneli (un très bon entraîneur de juniors, au passage) est partout à l'aise. «Il ne me reste plus que la défense centrale...», a-t-il souri lundi à l'entraînement. Samedi, il a offert la victoire (3-2) à Bavois en transformant son penalty de la 78e, alors qu'il venait de... changer de position, délaissant son côté gauche à la suite de l'entrée de Boubou Ouattara. Un joueur polyvalent, vraiment.

Le geste du week-end

Le coup-franc magnifique d'Ahmed Mejri, encore lui. L'artiste tunisien a inscrit un doublé à Bavois, dont le 0-1 à la 5e, sur une frappe de 30 mètres, flottante à ras de terre, sur coup de pied arrêté. Très fort. Le numéro 10 de Stade-Lausanne-Ouchy en est à dix buts cette saison. Oui, le même nombre que Djibril Cissé.

La frustration du week-end

La Chaux-de-Fonds croyait enfin avoir trouvé son match référence à l'extérieur cette saison. En déplacement à Brühl, dans le canton de Saint-Gall, Bébert Ndzomo et ses coéquipiers ont ouvert la marque à vingt minutes de la fin grâce à un débordement du génial mais inconstant Juan Manuel Parapar, suivi d'une reprise parfaite d'Anthony Wüthrich. La conduite de balle du pied gauche de l'Espagnol, un régal, a fait la différence. Mais La Tchaux a craqué en fin de match. Défaite 3-1. Dommage.

Ton opinion