Football: Iglesias: «Attention, match piège à Chiasso!»

Publié

FootballIglesias: «Attention, match piège à Chiasso!»

Le directeur sportif du Lausanne-Sport cherche à éviter que son équipe ne s'enflamme après sa démonstration face à Xamax (6-0).

par
Sport-Center
Pablo Iglesias a le sourire, mais il redoute le match de ce dimanche à Chiasso.

Pablo Iglesias a le sourire, mais il redoute le match de ce dimanche à Chiasso.

Keystone

Pablo Iglesias, on vous imagine heureux et fier après cette large victoire face au 8e de Super League...

Oui, on a assisté à un excellent match de notre part jeudi. L'équipe est dans une bonne dynamique, et cela se ressent sur le terrain. Tout s'enchaîne, et il y a presque abondance de biens (ndlr: en référence aux deux victoires en cinq jours, 5-0 contre Stade Lausanne et 6-0 contre Xamax). Et puis, je suis surtout très content pour Giorgio (ndlr: Contini, l'entraîneur). On a lu et entendu beaucoup de choses à son sujet, mais les résultats sont là.

L'équipe a-t-elle trouvé son rythme de croisière?

Les gars vivent bien ensemble. Ils travaillent dans une atmosphère positive, et chacun s'est adapté à chacun. Il ne faut pas oublier que plusieurs joueurs ont dû s'habituer à leur nouveau club, et même à la région, puisque notre ossature est alémanique. Mais c'est vrai qu'aujourd'hui, les joueurs d'expérience confirment. En ce sens, les arrivées de Christian (Schneuwly) et d'Aldin (Turkes) ont fait un bien fou à l'ensemble. Dans le même temps, les jeunes s'affirment.

De là en mettre six à Xamax, il y avait tout de même un pas...

On a surtout profité du jour sans de Xamax. Mais c'est vrai qu'on l'a fait avec la manière. Au niveau tactique, le repositionnement de Kukuruzovic est à mon sens décisif. C'est un grand joueur, un fantastique joueur même. Son rôle de relayeur lui permet de se comporter en véritable chef d'orchestre.

Un mot sur le tirage au sort, qui vous a attribué le FC Bâle à la Pontaise début mars?

On aura l'avantage de jouer à domicile, c'est déjà bien. C'est évidemment une super-affiche, qui fait office de récompense pour le club, les propriétaires, les joueurs et les supporters. Mais en Coupe, on veut toujours aller le plus loin possible. En ce sens, le sort nous a réservé, un gros, un très gros adversaire. Si on veut se prouver qu'on a le niveau de la Super League, alors là, on aura un vrai test grandeur nature!

Pourtant, Bâle n'a pas été transcendant mercredi à Nyon contre Stade Lausanne Ouchy...

Il faut avant tout tenir compte du contexte. Six jours avant, les Bâlois s'imposaient à Getafe en Ligue Europa. Et là, ils débarquent à Colovray, dans un stade presque vide, avec la quasi assurance de se qualifier. J'étais au match, j'ai franchement eu l'impression que les Bâlois ont attendu le bon moment avant d'accélérer, comme ils l'ont voulu. (Pause) Mais Bâle, c'est pour le printemps prochain! Avant cela, il faut se remobiliser sur le championnat. Et notre réalité, c'est ce dimanche, à Chiasso (coup d'envoi à 14h30). Attention, c'est le match piège par excellence!

Vraiment?

Après l'euphorie de jeudi contre Xamax, tout est réuni pour que l'on soit en danger. On affrontera la lanterne rouge, donc on est censé s'imposer largement. Mais on jouera sur une pelouse difficile, puisqu'il a plu tout le week-end. Il faudra faire attention à ce que les jeunes ne s'enflamment pas trop. Heureusement, on pourra compter sur nos joueurs cadres pour temporiser et les faire redescendre de leur nuage.

Propos recueillis par Renaud Tschoumy

Ton opinion