Actualisé 27.02.2013 à 17:00

Ikea retire de nouveaux produits

Scandale alimentaire

Ikea a retiré de nouveaux produits après avoir identifié de la viande de cheval dans certaines de ses spécialités culinaires. La Russie est désormais touchée par le scandale.

Mardi matin, Ikea a retiré ses boulettes de viande de ses rayons et du menu de ses restaurants dans 24 pays.

Mardi matin, Ikea a retiré ses boulettes de viande de ses rayons et du menu de ses restaurants dans 24 pays.

Keystone

La Russie a annoncé mercredi avoir identifié de la viande de cheval dans des saucisses de porc importées d'Autriche. De son côté, Ikea a retiré de nouveaux produits après avoir reçu pour la première fois des résultats positifs à la viande chevaline dans certaines de ses spécialités culinaires.

La cargaison en cause en Russie, de 20 tonnes, «est arrivée il y a deux jours d'Autriche», a déclaré Alexeï Alexeïenko, un responsable de l'agence fédérale chargée des questions vétérinaires et sanitaires, Rosselkhoznadzor. Ces saucisses de type Frankfurter étaient censées être constituées uniquement de porc, mais elles contenaient également du cheval, mais aussi du boeuf et du poulet.

L'entreprise autrichienne en cause, Landhof est basée à Linz. Elle a été retirée de la liste des sociétés autorisées à importer de la viande en Russie et la marchandise en cause sera soit détruite, soit retournée au fournisseur.

Papiers en règle

Ces saucisses arrivées par transport routier ont été identifiées par les services douaniers dans la région de Moscou, a indiqué de son côté à l'agence Interfax le directeur de Rosselkhoznadzor, Sergueï Dankvert.

«Il n'y avait pas de problème avec leur apparence. Tous les papiers étaient en règle, mais dans la mesure où la viande venait d'Europe, des échantillons ont été envoyés pour faire des tests», a-t-il expliqué.

L'affaire de la viande de cheval en Europe a éclaté en janvier lorsque les autorités irlandaises ont annoncé avoir découvert de l'ADN de cheval dans des produits, vendus en Irlande et au Royaume-Uni, et censés contenir seulement du boeuf.

Nouveaux retraits chez Ikea

Depuis, le scandale a gagné la plupart des pays européens et touché de grands groupes comme Nestlé, Findus ou Panzani. Au Portugal, les autorités ont saisi mercredi 79 tonnes de produits à base de viande de boeuf contenant de la viande de cheval non déclarée et cinq procédures pour fraude ont été ouvertes. Et en Lettonie, des traces de viande de cheval ont été détectées dans des plats cuisinés produits dans le pays sans qu'il en soit fait mention.

L'affaire a pris une nouvelle ampleur lundi lorsque le géant du meuble Ikea a annoncé qu'il retirait de la vente ses boulettes de viande dans une quinzaine de pays européens - une mesure étendue à d'autres pays le lendemain.

Mercredi, le groupe suédois a dû retirer de nouveaux produits après avoir reçu pour la première fois des tests positifs. Sont concernés les hot-dogs en France, en Espagne, en Grande-Bretagne, en Irlande et au Portugal et deux plats typiques en Suède: les wallenbergare (un steak haché amélioré) et le kaalpudding (un gratin de choux à la viande hachée).

Appel de Spanghero

En première ligne en France dans le scandale, l'entreprise Spanghero a demandé l'ouverture d'une procédure de sauvegarde auprès de la justice pour pouvoir répondre à ses obligations financières malgré ses difficultés.

«Confrontée à des difficultés temporaires», la société a requis cette mesure pour «permettre la poursuite de l'activité économique de l'entreprise» et le maintien de l'emploi, «tout en respectant ses engagements financiers». La société reconnaît qu'elle «se trouve en difficulté» en raison d'une suspension pendant plusieurs jours de ses agréments sanitaires, désormais rétablis.

Le site, qui emploie 300 salariés, fonctionne à environ 20% de son activité habituelle pour la branche transformation de viande (viande à la découpe, confection de saucisses et steaks hachés) et à environ 40-50% pour la préparation de plats cuisinés, avait expliqué mardi son directeur commercial, Christophe Giry.

La découverte mardi de viande de cheval dans des raviolis au boeuf Panzani a confirmé l'existence en France de plusieurs filières d'introduction frauduleuse de cheval dans les produits préparés, comme le gouvernement le laissait entendre depuis plusieurs jours.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!