Publié

Chenilles processionnairesIl a perdu des bouts de langue

La récente mésaventure du teckel «Baccarat» dans un parc genevois a alerté le député Jean Sanchez qui vient de déposer une interpellation urgente au Grand Conseil.

par
Valérie Duby
«Baccarat» a vécu l’enfer après avoir léché des chenilles processionnaires.

«Baccarat» a vécu l’enfer après avoir léché des chenilles processionnaires.

Jorge Sanz/Demotix/Corbis

«Baccarat», le teckel qui a eu la mauvaise idée de lécher des chenilles processionnaires dans le parc de Budé (GE) – voir «Le Matin» du 19 avril –, a bel et bien perdu des bouts de sa langue. «Sur le devant et sur la gauche», précise sa propriétaire, Françoise Weydert. «Il est arrivé la même chose à un labrador.» Dans le parc genevois, le nid de chenilles juché dans les pins est toujours là. «On m’a dit qu’il serait enlevé ce mois», ajoute la maîtresse de «Baccarat». De toute manière, plus rien ne presse vraiment, la plupart de ces bestioles urticantes sont déjà descendues des arbres. «Avec le temps favorable, elles sont sorties avec un mois d’avance», constate Raoul Schrumpf, chef de cabinet au Département de l’environnement urbain et de la sécurité en Ville de Genève.

Votre opinion