Publié

Inde«Il a vendu mon rein parce que ma famille ne pouvait pas payer»

Sa belle-famille ne pouvant pas honorer la dot de mariage, un homme a décidé de se payer en «nature» en vendant le rein de son épouse.

par
J.Z.
Photo d'illustration

Photo d'illustration

faustasyan/iStock

Bien qu'officiellement interdite dans le pays depuis 1961, la pratique de la dot représente encore aujourd'hui un fléau pour de nombreuses Indiennes.

Une femme de 28 ans en a ainsi fait l'amère expérience après que son mari lui a fait retiré son rein pour le vendre.

Cette dernière s'était plainte il y a deux ans de douleurs aiguës à l'abdomen. Son époux l'avait alors emmenée dans une clinique privée de Calcutta où on lui a annoncé qu'elle devait être opérée de l'appendicite. «Avant de partir chez le médecin, nous avons été hébergés chez un parent. On m'a donné une boisson gazeuse, et je me suis sentie somnolente. Le lendemain, j'ai consulté le médecin, qui m'a opérée le jour suivant», a-t-elle raconté au Telegraph.

Mais plusieurs mois plus tard, la jeune femme souffre à nouveau, malgré l'opération. Elle se rend finalement fin 2017 à l'hôpital où on lui prescrit une échographie. Laquelle est formelle: son rein droit a disparu. «J'ai alors compris pourquoi mon mari m'avait demandé de garder le silence sur l'opération. Il a vendu mon rein parce que ma famille ne pouvait pas payer la dot», explique l'Indienne au Hindustan Times.

Elle a donc décidé porter plainte contre son époux ainsi que le frère et la mère de ce dernier, qui l'auraient tous deux aidé à parvenir à ses fins.

Arrêtés lundi dernier, le mari et son frère ont avoué les faits et indiqué avoir vendu l'organe à un homme d'affaires. La mère demeure pour sa part toujours introuvable.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!