Bienne – Il aborde une femme aux WC: tabassé jusqu’à l’invalidité
Publié

BienneIl aborde une femme aux WC: tabassé jusqu’à l’invalidité

Le tribunal pénal a sanctionné deux amis qui, par jalousie, ont réglé leurs comptes avec violence.

par
Vincent Donzé
Le passage avec au fond la rue de la Gare et sur la droite, le «Cuba Bar».

Le passage avec au fond la rue de la Gare et sur la droite, le «Cuba Bar».

Lematin.ch/Vincent Donzé

Un summum de violence par jalousie et par vanité vaut à un noctambule 51 mois de prison, peine prononcée par le Tribunal régional du Jura bernois-Seeland, assortie d’une expulsion pour six ans. Le tort de la victime, tabassée jusqu’à l’invalidité: avoir parlé à la copine de celui qui deviendra son agresseur dans les WC d’un restaurant biennois.

Le 10 janvier 2019, lematin.ch relayait l’appel à témoins de la police bernoise, laquelle indiquait avoir retrouvé un homme gisant à terre dans un passage du centre-ville de Bienne le soir du réveillon.

Deux hommes et une femme étaient recherchés. L’un vêtu d’un t-shirt blanc et d’une veste verte arborait un tatouage au cou. L’autre parlait portugais et portait un pantalon noir serré avec des fermetures éclair dorées, une veste en cuir noire, une casquette rouge et noire et des gants noirs.

La femme au teint foncée et aux cheveux bouclés portait une jupe noire et des bottes noires jusqu’à hauteur de genoux, un haut noir très décolleté avec des lacets, ainsi qu’une veste en cuir.

Le bilan de cette soirée de Nouvel-An, c’est le passage à tabac d’un homme de 32 ans. La victime a subi un traumatisme crânien qui l’a rendu partiellement handicapée. Celui qui a tapé en premier est intervenu pour aider un ami: il a frappé la victime d’un coup de poing au visage avant de lui asséner des coups de pied dans les jambes.

Le passage débouche sur la rue de l’Équerre.

Le passage débouche sur la rue de l’Équerre.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Le protagoniste a frappé l’homme à terre. Des témoins oculaires ont rapporté entre cinq et dix coups de pied sur le torse et au visage. Extraites du dossier, les photos des blessures l’ont attristé, mais lorsqu’on lui a demandé comment aurait réagi tout un chacun en apprenant que quelqu’un avait parlé à sa petite amie dans les toilettes, il a trouvé sa réaction normale.

Juridiquement, le procureur a qualifié les agissements de lésion corporelle par négligence. Des lésions graves, vu qu’elles ont été portées à la tête. Le copain jaloux a écopé de 51 mois de prison ferme, peine assortie d’une expulsion du territoire suisse pendant six ans.

Selon la presse bernoise, ce n’est que lorsque le président du tribunal a attiré son attention sur sa possible expulsion du pays qu’il a fondu en larmes. Son copain de soirée s’en est sorti avec neuf mois de prison.

Votre opinion