France voisine - Il avait fauché et tué une Miss France: prison ferme
Publié

France voisineIl avait fauché et tué une Miss France: prison ferme

L’automobiliste qui avait percuté Gaëlle Voiry et son compagnon a été jugé à Thonon.

par
Renaud Michiels
Gaëlle Voiry avait été Miss France 1990.

Gaëlle Voiry avait été Miss France 1990.

Facebook

Le 28 septembre 2019 à 20 h 20 à Chens-sur-Léman (Haute-Savoie), non loin de la frontière genevoise, une voiture avait percuté deux cyclistes. Tous deux bouclaient un tour du Léman à vélo entamé le matin même. Il s’agissait de Gaëlle Voiry, Miss France 1990, et de son compagnon, Philippe Gauthier, 50 et 52 ans. Aucun des deux n’avait survécu. Le conducteur a été jugé mardi à Thonon, relate «Le Dauphiné».

Lors d’une audience chargée d’émotion la présidente a rappelé les faits. Les terribles blessures de Philippe Gauthier, mort sur le coup. Les vaines tentatives de réanimation de l’ancienne reine de beauté, décédée peu après. Et un prévenu qui était alcoolisé. Et roulait trop vite: au moins 110 km/h sur un tronçon limité à 80.

«J’avais bu quatre verres de vin au dîner avec ma famille», a-t-il expliqué. Il avait cependant décidé de prendre la route pour aller acheter des cigarettes en Suisse. Après le choc, il ne s’était pas arrêté, disant ne pas vraiment s’être rendu compte de ce qu’il s’était passé. Mais il était revenu sur les lieux du drame quelques minutes plus tard.

«Je vous demande pardon»

«Je suis totalement responsable. Je ne sais pas pourquoi j’ai pris le volant dans cet état. Je vous demande pardon. Je comprends votre souffrance car moi aussi j’ai des enfants», s’est excusé le prévenu. Gaëlle Voiry avait effectivement trois enfants et Philippe Gauthier quatre.

Des regrets qui n’atténuent cependant pas la culpabilité, pour le procureur. «C’est un amateur de vitesse. Évidemment, il n’avait pas envie de tuer quelqu’un mais, avec ce comportement, il en a pris le risque», a-t-il souligné.

La défense a de son côté fait remarquer que les deux cyclistes n’avaient pas de dispositif de sécurité lumineux. «Je ne veux pas enlever la responsabilité de mon client mais il faut le prendre en compte. Pas moins de dix témoins ont dit qu’ils auraient pu les renverser, les évitant de justesse», a plaidé l’avocat du conducteur.

Le prévenu a finalement été reconnu coupable de double homicide involontaire commis avec deux circonstances aggravantes, l’alcool et la conduite dangereuse. Il a écopé de cinq ans de prison dont deux ans et demi ferme et deux ans et demi de sursis probatoire. Son permis a également été annulé et il devra verser 8000 euros aux parties civiles.

Votre opinion