26.07.2013 à 11:48

CHANSON«Îl» balade -M- comme un emblème

Le fils Chedid plante ce soir sa guitare rock dans les planches de la Grande Scène. Un «Machistador» tiraillé entre exigence et jouissance.

par
Fred Valet
Grande Scène ce soir à 23 h 45

Grande Scène ce soir à 23 h 45

AFP

Matthieu Chedid n’a jamais voulu qu’on le prenne au pied de la lettre. Si, aujourd’hui, son exubérance vestimentaire et capillaire a vieilli avec lui, -M- est toujours là. Cette majuscule, il l’a brandie comme un emblème depuis seize ans. «Je dis aime/et je le sème/sur ma planète», chantait-il en 1999. Parce qu’il y a toujours eu beaucoup d’amour dans ses accords de guitare ou ses trémolos d’un autre sexe. En 2013, le Petit Prince de la chanson hexagonale arpente les festivals avec un album à la fois binaire, lumineux et tordu, «Îl» sorti en 2012, pour défendre, à trois sur scène, une qualité d’écriture rarement égalée. Son accoutrement est plus discret. Du costume qu’il aurait pu voler dans un cirque et une tignasse comme un rempart à l’arrogance, jusqu’au complet sombre et sobre, -M- a grandi. «Je m’assume beaucoup plus aujourd’hui», qu’il n’arrête pas de répéter quand on lui tend un micro. Cette évolution, il l’a choisie. Pour lui, il a toujours été hors de question que sa musique se la coule douce dans la poche du même veston.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!