Simonetta Sommaruga: «Il faut arrêter de gaspiller l’énergie»

Publié

Simonetta Sommaruga«Il faut arrêter de gaspiller l’énergie»

La ministre de l’Énergie propose une solution pour économiser du gaz cet hiver: chauffer moins dans les bâtiments publics. Elle rejette par ailleurs les reproches de l’UDC qui l’accuse d’avoir échoué dans sa stratégie énergétique.

«Il faut arrêter le gaspillage» pour Simonetta Sommaruga.

«Il faut arrêter le gaspillage» pour Simonetta Sommaruga.

Lucia Hunziker/Tamedia

La Suisse fait tout pour éviter une pénurie d’énergie cet hiver, mais la situation est grave, prévient Simonetta Sommaruga dans un entretien au «SonntagsBlick». Le Conseil fédéral va prochainement lancer une campagne pour appeler la population à économiser l’énergie. «Il faut arrêter le gaspillage. C’est le message principal que nous voulons faire passer», explique la cheffe du Département fédéral de l’environnement, des transports, de
l’énergie et de la communication (DETEC).

«En matière de chauffage, nous avons la possibilité d’actionner un levier important: un degré de moins permettrait d’économiser 5% d’énergie.» Pour la conseillère fédérale, il est clair que l’administration publique doit donner ici le bon exemple. «Je vais militer au Conseil fédéral pour que les bâtiments publics baissent un peu leur chauffage.»

Développement des énergies renouvelables

Simonetta Sommaruga réfute par ailleurs les reproches de l’UDC qui l’accuse d’avoir échoué dans sa stratégie énergétique. «La politique qui reposait aveuglément sur les importations de gaz et de pétrole a échoué! Elle a rendu notre pays dépendant et vulnérable. Pourquoi avons-nous un problème aujourd’hui? Parce que la Russie ferme le robinet du gaz et que la Suisse est complètement dépendante des pays étrangers pour le pétrole et le gaz», souligne la ministre de l’Énergie.

Selon elle, la solution pour se libérer de notre dépendance passe par le développement rapide des énergies renouvelables. «C’est aussi la bonne réponse à la crise climatique», conclut-elle.

La Suisse pourrait couper le gaz livré à l’Italie

La Suisse négocie en ce moment des «accords de solidarité», notamment avec l’Allemagne. Or dans le même temps, cette dernière cherche à maximiser ses stocks de gaz et pourrait, pour ce faire, réduire les livraisons de gaz vers la Suisse via le gazoduc qui les relie. Résultat, la Suisse a averti l’Italie, aussi reliée à ce gazoduc, que le contrat qui lie la Suisse et l’Italie prévoit que, en cas de crise, la Suisse puisse garder pour elle le gaz qui lui parvient depuis l’Allemagne sans le laisser s’écouler comme d’habitude vers l’Italie, comme l’indique la «SonntagsZeitung», qui ajoute que des tensions naissent entre Berne et Rome.

(cle)

Ton opinion

144 commentaires