Publié

Simonetta Sommaruga«Il faut mieux contrôler les salaires»

La cheffe du département fédéral de justice et police veut «augmenter la pression des contrôles et appliquer des sanctions appropriées» pour lutter plus efficacement contre les cas de dumping salarial.

par
Jean-Claude Péclet
Simonetta Sommaruga: «Malgré les contingents, l'immigration était plus forte dans les années Soixante qu'aujourd'hui.»

Simonetta Sommaruga: «Malgré les contingents, l'immigration était plus forte dans les années Soixante qu'aujourd'hui.»

Sebastian Magnani

Alors que la campagne sur l'initiative «Contre l'immigration de masse» monte en puissance, la conseillère fédérale en appelle aux partenaires sociaux dans une interview au « Matin Dimanche ». L'économie, en particulier, «a le devoir de montrer qu'elle ne va chercher à l'étranger que les travailleurs dont elle a besoin et qu'elle ne trouve pas en Suisse. Elle doit les payer au niveau des salaires suisses.» Quant aux cantons, ils «peuvent faire mieux» en matière de contrôles.

Simonetta Sommaruga répond aux critiques de l'UDC concernant les effets indésirables de la libre-circulation des personnes. Le taux de ressortissants de l'UE/AELE à l'aide sociale est de 2,9%, comparable à celui des Suisses (2,1%), précise-t-elle. Quant aux quelque 4000 Européens qui ont bénéficié en 2012 d'une autorisation de séjour de six mois au maximum pour trouver un emploi en Suisse, ils n'ont pas droit à l'aide sociale. «Il est donc faux d'affirmer qu'ils pèsent sur le système social.»

Bureaucratique

Par ailleurs, la conseillère fédérale estime que l'initiative de l'UDC «risque d'augmenter le flux migratoire, ne résout aucun problème et pénalise fortement l'économie». Le texte, qui prône le retour à un système de contingents, ne prévoit aucun plafond et fixe des exigences qui donneront naissance à une lourde bureaucratie, estime-t-elle : «La Suisse a déjà expérimenté un système de contingents dans les années soixante. Malgré cela, l'immigration était alors plus forte qu'aujourd'hui. Celui qui croit que l'initiative va automatiquement freiner l'arrivée d'étrangers se trompe».

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel.

Votre opinion