HOCKEY SUR GLACE: «Il faut voir si mon corps tient encore»
Publié

HOCKEY SUR GLACE«Il faut voir si mon corps tient encore»

Goran Bezina, qui fêtera ses 41 ans le 21 mars, pourrait très bien jouer encore une saison avec Sierre la saison prochaine. Mais, s’il a toujours du plaisir sur la glace, il n’a encore rien décidé.

par
Christian Maillard
Goran Bezina se sent bien à Sierre, au point de réfléchir sérieusement à continuer un an…

Goran Bezina se sent bien à Sierre, au point de réfléchir sérieusement à continuer un an…

Madeleine Schoder/Tamedia

Alors que lui s’est mis en «quarantaine» depuis un an sans attraper le virus mais en franchissant le cap le 21 mars dernier, Goran Bezina ignore encore s’il sera encore un hockeyeur à Sierre la saison prochaine. Mais le défenseur valaisan, qui pète la forme, y réfléchit sérieusement. On l’a contacté ce jeudi, un jour après que lui et son équipe se sont imposés facilement à Winterthour (1-8), ce qui assurait le quatrième rang aux Valaisans avant de démarrer les play-off.

Goran Bezina, franchement, vous vous régalez cette saison avec Sierre, on se trompe?

Non, c’est vraiment sympa, plus que l’an dernier où c’était plus compliqué pour moi. Or là, à Winterthour, on a cartonné, c’est bien, mais en face il n’y avait plus d’étrangers!

On peine à croire que vous allez fêter vos 41 ans dans deux semaines, C’est vraiment le cas?

Ça dépend des jours, mais oui, la plupart du temps tout va bien, je me sens en forme!

Avec tous ces jeunes dans le vestiaire de Graben, vous n’avez pas le choix, non?

Il y a en effet un bon groupe et une belle ambiance. C’est important d’ailleurs pour avoir du succès, sinon tu ne peux rien faire.

Pensiez-vous sincèrement que vous seriez aussi bien classés à la fin de la saison régulière?

Avec les arrivées de Tomas Dolana et de Thibaut Monnet, on savait que nous aurions plus de profondeur, que les lignes seraient mieux équilibrées et que nous allions, avec l’expérience en plus, être meilleurs que la saison passée. Mais il est vrai qu’il n’y a pas grand monde qui s’attendait à ce qu’on termine au 4e rang.

C’est quoi la recette du succès?

Avec les frères Montandon qui cartonnent, Guillaume Asselin meilleur buteur de la ligue, nous avons deux lignes qui marquent beaucoup de buts et une quatrième ligne qui défend bien. C’est top!

‹‹Chacun doit trouver son chemin pour y arriver, même si ce n’est pas évident tous les jours de penser à son avenir››

Goran Bezina, défenseur du HC Sierre

Êtes-vous considéré comme le grand frère à qui on demande des conseils?

Il est clair que je discute pas mal avec les jeunes qui me demandent comment ils doivent réagir quand ils ne jouent pas. Je pense surtout à ceux qui devaient évoluer en Mysports League cette année et qui se sont retrouvés avec nous suite à l’arrêt de la compétition. Je leur ai dit qu’ils devaient montrer au coach un bon état d’esprit aux entraînements, de la bonne humeur et une bonne attitude de travail pour saisir leur chance. C’est ce que j’avais vécu au début de ma carrière, quand je me trouvais aux États-Unis.

C’est aussi une année spéciale

C’est ce que je leur ai dit. Qu’ils joueront plus après. Mais qu’ils doivent continuer à se battre et ne pas oublier l’objectif, où ils veulent aller. Chacun doit trouver son chemin pour y parvenir, même si ce n’est pas évident tous les jours de penser à son avenir. Comme les jeunes joueurs français ou lettons par exemple, par rapport à la nouvelle réglementation. Ce n’est pas évident.

Avez-vous un rôle d’adjoint avec le coach Dany Gélinas?

Non non, car je suis dans le vestiaire, je fais partie des joueurs. Mais Dany est à l’écoute de tous les gars, sa porte est toujours ouverte. Cela me change

‹‹Pour l’instant, c’est sympa, cela se passe bien et il y a de l‘envie. Alors pourquoi pas, d’autant plus que j’aurai aussi un peu de temps à côté du hockey…››

Goran Bezina, à propos de son avenir de hockeyeur

Cela vous titille-t-il toujours de devenir coach ou directeur sportif?

J’ignore ce que veut faire Genève avec moi. On mavait fait des promesses à lépoque, avant que je ne parte à Sierre, mais cela ne veut rien dire. Sinon, j’ai pas mal de projets qui se profilent à l’horizon, pas forcément dans le hockey. Je peux très bien jouer encore une année, c’est aussi une option.

Honnêtement Goran, vous ne pouvez pas terminer ainsi, à huis clos, alors que vous n’avez même pas eu votre match d’adieu aux Vernets?

À moins que, comme je l’ai dit, une occasion se présente, il est vrai que j’ai encore du plaisir sur la glace. Je vais peser le pour et le contre pour voir si je rempile ou pas. Il faut voir aussi ce que dit mon corps, s’il tient encore. Pour l’instant, c’est sympa, cela se passe bien et il y a de l‘envie, alors pourquoi pas, d’autant plus que j’aurai aussi un peu de temps à côté du hockey. Même si la deuxième division n’est pas une ligue facile. Ceux qui pensent ça se trompe

Votre opinion