Chine: Il floue les règles anti-Covid, des milliers d’habitants confinés
Publié

ChineIl floue les règles anti-Covid, des milliers d’habitants confinés

Testé positif, un quadragénaire qui s’était rendu dans un endroit à «haut risque» sur le plan sanitaire a provoqué la mise à l’isolement de 5000 autres Pékinois.

La ville de Pékin est sur les dents depuis début mai face à une flambée épidémique.

La ville de Pékin est sur les dents depuis début mai face à une flambée épidémique.

AFP

Un Pékinois est visé par une enquête pour non-respect des règles d’isolement. Sa rébellion a entraîné la mise en quarantaine de milliers d’habitants, au moment où la capitale chinoise lève des restrictions anti-Covid-19. La ville, un temps menacée de confinement, a fermé au début du mois écoles, commerces non essentiels et lieux publics après un regain épidémique. Les habitants de résidences où des cas positifs ont été enregistrés sont confinés.

Les autorités ont indiqué dimanche qu’un Pékinois d’une quarantaine d’années avait enfreint les règles anti-Covid en sortant de chez lui. Il fait l’objet d’une enquête. L’homme, qui s’était rendu dans un centre commercial à «haut risque» sur le plan sanitaire, était censé se mettre à l’isolement. Testé positif, son écart a entraîné le placement de 250 voisins immédiats en centre de quarantaine, tandis que 5000 autres riverains ont dû s’isoler à domicile.

La ville de Pékin est sur les dents depuis début mai face à une flambée épidémique qui dépasse 1700 cas de contamination, un chiffre élevé pour la Chine, qui applique une stricte politique du zéro Covid. La relative amélioration sanitaire ces derniers jours a permis la reprise d’une grande partie des transports dans la ville, tandis que le travail en présentiel était de nouveau autorisé lundi dans certains quartiers.

Écoles toujours fermées

Mais des tests de dépistage de moins de 48 heures sont toujours exigés à l’entrée des lieux publics, notamment les supermarchés. Les parcs de la capitale ont pu rouvrir à 50% de leur capacité, dont Ritan situé dans le centre de Pékin, où une poignée d’habitants s’adonnaient lundi au tai-chi. «Les gens attendent de voir s’il y aura ou non de nouveaux cas avant de ressortir en grand nombre», a indiqué Zhi Ruo, un fonctionnaire venu se promener avec son enfant de cinq ans. Les établissements scolaires sont toujours fermés, sans date de réouverture à l’horizon.

À Shanghai, totalement confiné depuis début avril, plusieurs restrictions ont été levées ces derniers jours à la faveur d’une nette diminution du nombre de cas positifs. Le ministère de la Santé a annoncé lundi 66 nouveaux cas dans la plus grande ville de Chine, contre plus de 25’000 encore à la fin du mois dernier. La population ne peut toutefois sortir en général que pour quelques heures par jour au mieux.

(AFP)

Votre opinion

2 commentaires