Médecine - Il invente une paille pour stopper le hoquet
Publié

MédecineIl invente une paille pour stopper le hoquet

Un professeur texan a mis au point ce dispositif avec lequel il suffit d’aspirer de l’eau pour cesser de hoqueter. Le hic, c’est qu’il faut l’acheter.

par
Michel Pralong
La paille aurait été efficace pour 92% des 249 volontaires qui l’ont testée.

La paille aurait été efficace pour 92% des 249 volontaires qui l’ont testée.

HiccAway

Tout le monde en a fait l’expérience, avoir le hoquet et non seulement agaçant, mais peut même être douloureux et fatigant s’il se prolonge. Les moyens naturels pour y remédier sont légion, entre avoir une grosse peur, avaler plusieurs fois sa salive sans respirer ou boire à l’envers. Aucune de ces méthodes n’a jamais été vraiment testée scientifiquement. Un professeur de neurochirurgie s’est engouffré dans la brèche et a annoncé avoir mis au point un dispositif simple pour stopper le hoquet.

Ali Seifi, de l’Université du Texas de San Antonio a inventé… une paille. Elle est en forme de L et a la particularité d’avoir une valve de pression à son extrémité immergée. Il suffit de boire une ou deux gorgées pour que le hoquet s’arrête. En devant aspirer plus fortement le liquide, cela force le nerf phrénique à bloquer le diaphragme. En avalant, cela active le nerf vague, qui ferme l’épiglotte. Ce sont les deux nerfs principalement impliqués dans les hoquets.

La paille a une valve de pression réglable suivant si c’est un adulte ou un enfant qui l’utilise. Pour boire, il faut donc aspirer plus fortement que la normale. Selon l’étude, une à deux aspirations suffisent pour stopper le hoquet.

La paille a une valve de pression réglable suivant si c’est un adulte ou un enfant qui l’utilise. Pour boire, il faut donc aspirer plus fortement que la normale. Selon l’étude, une à deux aspirations suffisent pour stopper le hoquet.

Java Network

Pour savoir si son appareil, nommé «HiccAway» (hic s’en va), fonctionne, le professeur a mené une étude empirique, dont les résultats ont été publiés sur Java Network. 249 volontaires du monde entier ont testé le dispositif et répondu au questionnaire. Il est à noter que beaucoup se sentaient particulièrement concernés car ils étaient victimes de hoquets fréquents. 69,5% d’entre eux ont en effet indiqué avoir une crise au moins une fois par mois. La paille aurait stoppé le hoquet dans 92% des cas et 90,1% des participants ont jugé le dispositif plus efficace que les remèdes maison et 90,8 l’ont trouvé plus pratique.

Reste que le manque d’un groupe témoin et le fait que les participants mettent les notes eux-mêmes limite la valeur scientifique de cette étude, les auteurs reconnaissant d’ailleurs qu’il faut maintenant prouver l’efficacité de «HiccAway» avec des études cliniques. Mais le dispositif est déjà en vente pour environ 15 dollars aux États-Unis (13 fr. 80) et 19 euros en Europe (20 fr. 80). Si c’est efficace (sur le site de HiccAway, les réactions sont majoritairement positives, mais certains expliquent tout de même que cela n’a pas du tout fonctionné avec eux), l’investissement pourrait valoir le coup, surtout pour ceux souffrant de hoquets chroniques.

Dispositif superflu et coûteux

Mais un neurologue, spécialiste de l’épilepsie à l’Université de Newcastle (GB), interrogé par le «Guardian», se montre plus critique. S’il estime que l’appareil a de bonnes chances de fonctionner, il pense qu’il s’agit «d’une solution à un problème que personne n’avait demandé de résoudre». Car selon lui, il existe des moyens tout aussi efficaces et moins chers: «Tout ce qui vous permet de gonfler votre poitrine et d’avaler fonctionne», précisant que sa méthode favorite était de se boucher les oreilles avec les doigts en buvant de l’eau avec une paille, normale celle-ci.

Votre opinion