Australie: Il narguait des policiers en train de mourir

Actualisé

AustralieIl narguait des policiers en train de mourir

Le comportement jugé écœurant d'un conducteur lors d'un drame scandalise l'Australie.

lematin.ch
par
lematin.ch
Les quatre policiers tués lors de l'accident.

Les quatre policiers tués lors de l'accident.

Police de Victoria

Un terrible accident a eu lieu le 22 avril dernier dans l'État australien de Victoria, au sud-est du pays. Quatre policiers avaient arrêté un homme de 41 ans pour excès de vitesse sur une autoroute. L'homme avait stoppé sa Porsche. Il était au volant lorsque les quatre agents étaient sortis de leur véhicule pour procéder au contrôle. C'est alors qu'un camion a percuté les policiers et la voiture de sport.

Les quatre agents sont tous morts sur place. C'est la pire perte pour les forces de l'ordre de toute l'histoire de l'État. Mais c'est le comportement jugé écœurant du conducteur de la Porsche qui a occupé ce lundi la justice australienne.

Film de plus de trois minutes

Tandis que les agents gisaient au sol, en train de mourir, lui qui n'avait pas été blessé les avait nargués et s'était moqué d'eux, rapporte la BBC… Devant la justice, la police a également affirmé que l'accusé avait aussi filmé la terrible scène durant plus de 3 minutes, «zoomant sur certaines zones et faisant des remarques désobligeantes».

La caméra de corps d'une policière a également filmé l'accusé «en train de la narguer» alors qu'elle gisait sous le camion. Selon les experts, elle était alors probablement encore en vie. Il lui aurait lancé: «tout ce que je voulais c'était rentrer chez moi pour manger des sushis et vous avez bousillé ma putain de voiture».

Une douzaine de charges

L'accusé avait finalement filé et était rentré chez lui, à Melbourne. Il avait été arrêté peu après et était sous l'effet de stupéfiants. La ministre de la police de Victoria Lisa Neville avait taxé ses actions de «complètement écœurantes et dégoûtantes».

Il fait désormais face à une douzaine de charges, raconte le «Guardian»: conduite à une vitesse dangereuse, conduite imprudente mettant la vie en danger, destruction de preuves ou encore défaut d'assistance après un accident. Son avocat a noté que le comportement de son client s'expliquait peut-être par le «choc» provoqué par l'accident.

L'accusé comparaissait ce lundi pour obtenir une libération sous caution. La justice doit maintenant trancher sur cette demande. Le conducteur du camion sera jugé dans une procédure séparée.

R.M.

Ton opinion