Publié

Risques«Il ne faut pas partir en voyage sans préparation»

A l'heure où la polémique enfle sur la touriste suisse agressée sexuellement en Inde, rappel de l'art et la manière de voyager, avec Esther Leupp, cheffe du service Conseils aux voyageurs au sein du DFAE.

par
Laureline Duvillard
1 / 7
Inde: Le DFAE note qu'il est déconseillé de se rendre dans la région frontalière avec le Pakistan. Il est également déconseillé de se rendre dans l'Etat de Jammu & Cachemire, ainsi que dans les Etats d'Assam, de Tripura, de Nagaland, de Manipur et de Meghalaya.

Inde: Le DFAE note qu'il est déconseillé de se rendre dans la région frontalière avec le Pakistan. Il est également déconseillé de se rendre dans l'Etat de Jammu & Cachemire, ainsi que dans les Etats d'Assam, de Tripura, de Nagaland, de Manipur et de Meghalaya.

Reuters
Egypte: Au Caire ainsi que dans les villes de Suez, Ismailia et Port Said, le DFAE recommande la plus grande prudence. Le DFAE note qu'il est tout à fait possible de se rendre dans les stations balnéaires situées sur les côtes de la péninsule du Sinaï (p.ex. Charm el-Cheikh ou Dahab). Toutefois, il est conseillé de se joindre à un groupe accompagné d'un guide pour les excursions en dehors de celles-ci..

Egypte: Au Caire ainsi que dans les villes de Suez, Ismailia et Port Said, le DFAE recommande la plus grande prudence. Le DFAE note qu'il est tout à fait possible de se rendre dans les stations balnéaires situées sur les côtes de la péninsule du Sinaï (p.ex. Charm el-Cheikh ou Dahab). Toutefois, il est conseillé de se joindre à un groupe accompagné d'un guide pour les excursions en dehors de celles-ci..

Reuters
Tunisie: En raison des événements dans la région, le DFAE note que le risque d'attentats envers les étrangers est en augmentation, particulièrement dans la zone frontalière avec l'Algérie et la Libye.

Tunisie: En raison des événements dans la région, le DFAE note que le risque d'attentats envers les étrangers est en augmentation, particulièrement dans la zone frontalière avec l'Algérie et la Libye.

Reuters

La semaine dernière, une touriste suisse s'apprêtant à faire du camping sauvage en compagnie de son mari dans l’État du Madhya Pradesh, en Inde, a été violée. Victime d'agresseurs dans un pays où une femme est violée toutes les 20 minutes selon les statistiques officielles, le couple agressé ne peut être tenu responsable de son sort. Pourtant, après la déclaration du ministre de l'Intérieur du Madhya Pradesh à la télévision indienne, affirmant que la Suissesse s'est montrée «irresponsable», le débat sur l'art et la manière de voyager a été relancé.

Votre opinion