Il ne lui restait qu’un an à vivre, un traitement le sauve

Publié

Royaume-UniIl ne lui restait qu’un an à vivre, un traitement le sauve

Atteint d’un cancer des voies biliaires, un soudeur britannique a bénéficié d’un traitement expérimental qui l’a mené sur la voie d’une guérison complète.

par
JChC
Robert Glynn à l’extérieur du centre de recherche contre le cancer de Manchester.

Robert Glynn à l’extérieur du centre de recherche contre le cancer de Manchester.

The Manchester Cancer Research Centre

On ne lui avait donné plus qu’une année à vivre. Le voilà guéri d’une forme agressive de cancer grâce à un médicament expérimental combiné à une chimiothérapie standard, rapporte «The Guardian».

Robert Glynn, 51 ans, soudeur à Worsley dans le Grand Manchester, avait appris en 2020 qu’il souffrait d’un cancer des voies biliaires. Il s’apprêtait à fêter ses 49 ans.

Condamné

Cette maladie agressive entraîne la multiplication et la croissance des cellules qui tapissent les canaux biliaires. Les canaux biliaires sont de petits tubes qui relient le foie, la vésicule biliaire et l’intestin grêle. Ils libèrent la bile dans l’intestin après avoir mangé, ce qui aide à digérer les graisses. Au moment du diagnostic, le cancer s’était propagé aux glandes surrénales et au foie, avec des tumeurs trop grosses pour être opérées. Il avait atteint le stade 4, avec un pronostic vital très pessimiste.

Robert Glynn a été orienté vers le Christie NHS Foundation Trust à Manchester, où il a été considéré comme un bon candidat pour participer à un essai clinique d’un médicament d’immunothérapie dont l’utilisation est déjà approuvée pour le cancer du poumon, du rein et de l’œsophage. L’immunothérapie fonctionne en aidant le système immunitaire à reconnaître et à attaquer les cellules cancéreuses.

Surprenante diminution des tumeurs

Pendant son traitement, il a été constaté que la tumeur de son foie s’est réduite de 12 cm à 2,6 cm, tandis que celle de sa glande surrénale a diminué de 7 cm à 4,1 cm. Le retrait des tumeurs par voie chirurgicale est ainsi devenu possible.

Les chirurgiens n’ont trouvé que des tissus morts, ce qui signifie que le traitement a tué toutes les cellules cancéreuses. «Ils ont testé les tumeurs deux fois parce qu’ils n’arrivaient pas à y croire», a déclaré Robert Glynn. «L’une des infirmières du Christie a dit que c’était un miracle. Je n’aime pas ce mot – je ne suis qu’un type ordinaire – mais c’est vraiment remarquable. Sans l’essai, je ne serais pas là», a-t-il ajouté.

Depuis son opération en avril dernier, Robert Glynn n’a plus eu besoin de traitement et ses scanners trimestriels montrent qu’il n’a plus de cancer.

«C’était le coup de pied au cul dont j’avais besoin»

D’autres études sont actuellement menées sur d’autres patients, dans l’espoir de modifier le traitement du cancer des voies biliaires.

Après avoir appris le lien entre l’obésité et le cancer, Robert Glynn a également modifié complètement son régime alimentaire, perdant cinq kilos en supprimant tous les aliments transformés, le sucre raffiné, les produits laitiers et le lait. «C’était le coup de pied au cul dont j’avais besoin pour changer ma vie», a-t-il déclaré au «Guardian».

Ton opinion

33 commentaires