Quarantaine après un voyage - Il n’y a désormais plus aucun pays à risque pour l’OFSP

Publié

Quarantaine après un voyageIl n’y a désormais plus aucun pays à risque pour l’OFSP

Une quarantaine en arrivant de l’étranger: c’est terminé. Berne a vidé sa liste des trois derniers pays qui s’y trouvaient.

par
Yannick Weber
Le Conseil fédéral pourrait par contre suivre la task force et réviser son système de classement des pays.

Le Conseil fédéral pourrait par contre suivre la task force et réviser son système de classement des pays.

20min/Taddeo Cerletti

L’OFSP a décidé de retirer mardi le Royaume-Uni, l’Inde et le Népal de la liste des pays au retour desquels il faut se mettre en quarantaine, avec effet dès mercredi. Conséquence: la liste est désormais vide et il n’y a plus aucune région du monde qui ne nécessitera une quarantaine en arrivant en Suisse. «Actuellement, aucun pays ne se trouve sur la liste des pays où circule un variant préoccupant», écrit l’OFSP sur son site.

Depuis les dernières modifications législatives, le critère pour considérer un pays comme étant à risque était celui de la circulation des variants préoccupants. Or récemment, la Suisse ne s’inquiétait que du variant Delta. Mais entre temps, il est devenu majoritaire aussi chez nous. Mardi, l’OFSP annonçait que les séquençages des tests positifs indiquaient une prévalence du variant Delta en Suisse de… 99,4%. Dès lors, maintenir trois pays sur la liste des pays à risque parce qu’y circule le même variant n’avait plus de sens.

Un nouveau système bientôt?

Pour l’instant, donc, on peut voyager partout dans le monde et ne pas craindre d’être soumis à quarantaine quand on rentre, que l’on soit vacciné ou pas. Mais la situation pourrait changer, selon ce que le Conseil fédéral va décider. Pendant les vacances d’été, la task force scientifique a prôné une révision du système et propose de classer les pays en couleurs (comme le font de nombreux pays autour de nous).

Comme cela se faisait auparavant, de nombreux pays où l’incidence est plus élevée qu’en Suisse pourraient être remis sur une liste des pays à risque. Si de nouveaux variants préoccupants apparaissaient dans le futur, même les personnes vaccinées pourraient être mises en quarantaine dans le cas où elles reviendraient d’un pays où celui-ci circulerait majoritairement. Ce sera au Conseil fédéral de décider s’il veut adopter ce modèle ou non.

Ton opinion

67 commentaires