Etats-Unis: Il paie 110'000 dollars pour abattre un symbole national

Actualisé

Etats-UnisIl paie 110'000 dollars pour abattre un symbole national

Un chasseur américain a déboursé une fortune pour tuer un markhor, animal emblématique du Pakistan. En toute légalité.

par
joc
Bryan Kinsel Harlan était très fier de ramener son «trophée» dans son pays.

Bryan Kinsel Harlan était très fier de ramener son «trophée» dans son pays.

Twitter

L'image a provoqué un scandale sur les réseaux sociaux et fait hurler les défenseurs des animaux. Elle montre Bryan Kinsel Harlan, un chasseur américain, poser fièrement avec une chèvre rare qu'il vient d'abattre. L'animal en question est un markhor, une bête vivant dans l'Himalaya et considérée comme un symbole national au Pakistan.

Selon des chiffres de 2011, il ne resterait qu'environ 2500 markhors sur la planète, explique le Huffington Post. L'espèce a donc été classée dans la catégorie des animaux «en danger» sur la liste rouge de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Pour se payer le luxe d'abattre cette chèvre rare aux cornes majestueuses, l'Américain a dépensé 110'000 dollars.

Sur les réseaux sociaux, la colère gronde: «Voilà un beau connard», s'insurge un utilisateur. «C'est tellement mal, à tellement de niveaux. C'est quoi le problème avec ces gens?», se demande un autre twitto. «Certaines personnes ont juste trop d'argent», estime encore un internaute. «C'est tellement triste de voir ce genre de comportement. Je suis vraiment en train de perdre ma foi en l'humanité», déplore une autre personne.

Les internautes hurlent au scandale, et pourtant cette chasse a été effectuée en toute légalité. Selon le «Washington Post», ces expéditions encadrées par les autorités pakistanaises permettraient même de sauver les markhors de l'extinction. Chaque saison en effet, le pays autorise des gens fortunés à chasser douze mâles. Cette façon de faire, qui rapporte aux autorités un sacré paquet d'argent, permettrait de lutter contre le braconnage. Le 80 % des 110'000 dollars payés par l'Américain devraient aller aux populations locales. Le 20 % irait à l'agence gouvernementale de protection de la faune.

«Il ne s'agit pas juste de chasse. Le nombre d'animaux est en hausse, et ces chasseurs étrangers sont des millionnaires qui rentrent dans leur pays et racontent au monde que le Pakistan est un pays sûr», se félicite Tabarak Ullah, le guide qui a accompagné Bryan Kinsel Harlan lors de sa partie de chasse.

Ton opinion