Jura: Il perd son fils et doit se battre pour le loyer
Publié

JuraIl perd son fils et doit se battre pour le loyer

Kevin s’est donné la mort après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Après ce drame, son père a dû se battre pour ne pas devoir payer davantage que trois mois de loyer.

par
Vincent Donzé
Kevin regardait volontiers à l’Est.

Kevin regardait volontiers à l’Est.

DR

Kevin, Jurassien de 23 ans, est mort pour l’Ukraine. lematin.ch a raconté la destinée de ce jeune homme de Courchapoix (JU) qui n’a pas supporté l’invasion de son pays de cœur, au point de s’ôter la vie le 24 février dernier.

Hier lundi, ses parents sont passés par la gare de Romont pour lui rendre hommage avec un drapeau jaune et bleu et un tableau où il est écrit que «c’est ici que tu as pris la plus difficile décision de ta vie».

Dans les pas de son papa contrôleur aux CFF, Kevin était devenu chef de la circulation ferroviaire, à Lausanne. Il était très apprécié pour ses compétences et sa personnalité attachante. C’est son intérêt pour un appareil de type Antonov qui l’a mené à Kiev et jusqu’aux portes du Donbass, où il s’était fait des amis.

De l’avant

Sa mort a été un choc. «J’ai bien encaissé le coup la première semaine, cela se complique un peu depuis. J’ai du mal de retrouver une vie normale et d’aller de l’avant», a confié le papa au matin.ch. À Bulle, Vincent Biétry a mis fin au bail de l’appartement de son fils, en respectant un délai de trois mois.

La réception de la résiliation devait avoir lieu avant le 1er mars. «Comme je ne disposais pas encore de l’acte de décès, j’ai joint l’ordonnance de levée de corps pour prouver le décès de Kevin», raconte le papa.

Certificat d’hérédité


Quelques jours plus tard, une fois le délai de résiliation passé, Vincent Biétry a reçu un courriel lui indiquant qu’il était nécessaire de transmettre un certificat d’hérédité. «J’ai fait les démarches en passant par un notaire qui a pris plus de dix jours», dit-il. Dès sa réception, le document demandé a été transmis à la régie.

Une fois cette lettre envoyée, le papa a reçu une prise de position de la régie lui expliquant qu’en fait, la résiliation du 25 février ne pouvait être prise en compte et que la date d’échéance légale de résiliation passait du 31 mai 2022 au 30 juin 2022.

«J’ai réagi immédiatement en argumentant que je pouvais produire le certificat d’hérédité au moment où j’ai envoyé la résiliation car c’était techniquement impossible et que je contestais leur décision», explique Vincent Biétry.

Sa procuration



«La régie a contre-argumenté en expliquant que la résiliation du 25 février 2022 ne pouvait être prise en compte parce que mon épouse ne l’avait pas signée! J’ai répondu que je disposais de sa procuration, laquelle ne m’avait pas été demandée, mais la procuration aurait dû être jointe à la résiliation du 25 février», détaillent Vincent et Margarita Biétry.

Le 4 mai dernier, après l’intervention du matin.ch, la régie a indiqué qu’«en raison des circonstances tragiques et exceptionnelles», elle libérait le locataire de sa responsabilité contractuelle, ainsi que du paiement des loyers au 31 mai 2022. 

Votre opinion