Paraguay: Il planquait 30 tonnes de billets de banque

Publié

ParaguayIl planquait 30 tonnes de billets de banque

Les coupures, des bolivars vénézuéliens, ont été retrouvées dans une maison du sud-est du pays. Un homme a été arrêté.

Le procureur et les enquêteurs de la police inspectent les sacs remplis billets de banque.

Le procureur et les enquêteurs de la police inspectent les sacs remplis billets de banque.

AFP

Environ 30 tonnes de billets vénézuéliens de 50 et 100 bolivars, au coeur d'une crise de liquidités ces derniers mois au Venezuela, ont été saisies par la police paraguayenne, ont annoncé mardi les autorités.

«Les billets ont été transportés vers le siège du département des délits économiques de Ciudad del Este, où ils sont en train d'être comptés», a déclaré à des journalistes le procureur chargé de l'affaire, Julio César Yegros.

«La quantité de billets est impressionnante, il va falloir du temps», a-t-il ajouté. Le président vénézuélien avait créé la surprise en décembre en annonçant le retrait sous trois jours du billet de 100 bolivars (0,15 dollar au taux de change le plus élevé alors), la coupure la plus grosse et la plus utilisée.

Coupures bientôt plus en circulation

Nicolas Maduro avait invoqué l'existence de «mafias» internationales pilotées par Washington pour accumuler de grandes quantités de billets et asphyxier ainsi l'économie vénézuélienne.

Le Venezuela, déjà en profonde crise économique et politique, avait alors vu se multiplier les heurts, qui avaient fait au moins quatre morts, forçant Nicolas Maduro a différer le retrait de ces coupures.

Le billet de 100 bolivars doit avoir cours au Venezuela jusqu'au 20 février, tandis que des nouveaux billets de banque, dont certains d'une valeur de 20'000 bolivars, ont été mis en circulation courant janvier.

«Il n'a pas pu agir seul»

La cargaison de billets a été retrouvée dans une habitation de Salto del Guaira, ville frontalière avec le Brésil, à 500 km à l'est de la capitale du Paraguay, Asuncion. Des agents de l'agence antidrogue américaine (DEA) ont participé à l'opération, ont précisé des sources policières.

Le propriétaire des lieux, un commerçant, a été arrêté pour être interrogé. Il est soupçonné de blanchiment d'argent et d'association de malfaiteurs, selon le procureur, qui estime «impossible qu'il ait agi seul».

(AFP)

Ton opinion