21.02.2014 à 01:32

New YorkIl reçoit 5,7 millions après 23 ans en prison à tort

Un homme ayant passé 23 ans en prison pour un meurtre qu'il n'avait pas commis recevra 6,4 millions de dollars (5,7 millions de francs) de la ville de New York.

David Ranta avait été libéré en mars dernier.

David Ranta avait été libéré en mars dernier.

Keystone

La ville de New York a annoncé jeudi qu'elle allait verser 6,4 millions de dollars à un homme ayant passé 23 ans en prison pour un meurtre qu'il n'avait pas commis.

David Ranta, 59 ans, qui avait toujours clamé son innocence, avait été libéré en mars dernier. Il avait été condamné en mai 1991 pour le meurtre d'un rabbin juif orthodoxe de Brooklyn, Chaskel Werzberger, tué par balle lors du cambriolage raté d'une bijouterie en février 1990.

Des aveux inventés

L'enquête policière avait été menée par le détective Louis Scarcella, accusé depuis d'avoir inventé des aveux et fait pression sur des témoins dans de nombreuses affaires ayant conduit à de lourdes condamnations.

David Ranta, qui avait eu une crise cardiaque au lendemain de sa sortie de prison, avait annoncé en mai son intention de poursuivre la ville à hauteur de 150 millions de dollars.

«Un épisode vraiment regrettable »

Le contrôleur financier de New York Scott Stringer a préféré solder rapidement l'affaire hors les tribunaux, «dans le meilleur intérêt de toutes les parties».

«Après un examen des procédures et négociations, mes services ont pu parvenir à un accord amiable avec David Ranta, qui est dans le meilleur intérêt de toutes les parties et referme la porte sur un épisode vraiment regrettable de l'histoire de notre ville», a précisé Scott Stringer dans un communiqué. «Je suis content que nos services aient pu avancer rapidement dans ce dossier».

Les confessions contenaient la même phraséologie

Après la libération de David Ranta, une enquête du New York Times avait établi que Louis Scarcella, aujourd'hui retraité, avait utilisé les mêmes témoins à charge dans plusieurs affaires criminelles, et qu'au moins six confessions contenaient la même phraséologie, laissant penser qu'il les avait écrites lui même.

Certaines confessions contredisaient également les indices recueillis.Un autre détenu, Sundhe Moses, condamné pour meurtre après une enquête de Scarcella a également été libéré en décembre après 16 ans de prison. Des dizaines d'autres condamnés, après enquête de Scarcella, ont également clamé leur innocence.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!