Chine: Il se planquait dans une grotte depuis 17 ans

Actualisé

ChineIl se planquait dans une grotte depuis 17 ans

Échappé de prison en 2002, un fugitif a vécu en ermite dans une petite grotte rudimentaire dans la forêt.

par
lematin.ch
1 / 5
Les policiers du district chinois de Yongshan ont repéré des traces du fugitif réfugié dans la forêt grâce à un drone.

Les policiers du district chinois de Yongshan ont repéré des traces du fugitif réfugié dans la forêt grâce à un drone.

Police de Yongshan
Sur place, ils ont découvert une petite grotte sommairement aménagée.

Sur place, ils ont découvert une petite grotte sommairement aménagée.

Police de Yongshan
L'homme en cavale depuis 17 ans s'était concocté un lit rudimentaire.

L'homme en cavale depuis 17 ans s'était concocté un lit rudimentaire.

Police de Yongshan

Le Chinois Song Jiang avait été condamné pour trafic d'êtres humains et emprisonné. Mais l'homme avait réussi à s'évader en 2002. Depuis? Absolument rien: il semblait s'être volatilisé.

Mais début septembre, après dix-sept ans, la police du district de Yongshan a reçu des informations concernant le fugitif. Qui se terrerait dans une forêt d'une montagne de la région. Les forces de l'ordre ont tenté de vérifier ces informations avec un drone, et elles ont repéré une tuile en acier bleue ainsi que des traces de déchets ménagers.

Aucun contact humain

Les policiers se sont rendus sur place et ils sont tombés sur Song Jiang. Et ils ont découvert qu'il avait vécu là durant de longues années, peut-être la durée entière de sa cavale: dix-sept.

Le fugitif s'était installé dans une toute petite grotte. Il s'était aménagé un lit rudimentaire et une cuisine sommaire sur un feu ouvert. Il avait quelques bouteilles en plastique, qu'il remplissait avec l'eau potable d'une rivière, relatent les médias locaux, cités par la BBC.

Song Jiang, aujourd'hui 63 ans, n'a eu aucun contact humain durant des années. Il n'avait plus parlé à personne depuis si longtemps qu'il a eu du mal à communiquer avec les policiers. Il a été remis derrière les barreaux.

R. M.

Ton opinion