Il se sert sans payer en libre-service
Publié

JuraIl se sert sans payer en libre-service

Un pique-assiette pris la main dans le sac a été dénoncé par un agriculteur jurassien.

par
Vincent Donzé
Prendre des produits sans rien mettre dans la caisse: une pratique pitoyable et condamnable

Prendre des produits sans rien mettre dans la caisse: une pratique pitoyable et condamnable

lematin.ch/Vincent Donzé

Voler des produits agricoles en libre-service ne revient pas seulement à casser un rapport de confiance, c’est un délit qui mène tout droit devant la justice. Un pique-assiette ajoulot l’a appris à ses dépens: le Ministère public jurassien l’a condamné à des jours-amendes avec sursis.

Saucisses, lard, pâté et fromage: en cinq jours, le voleur a dérobé pour 600 francs de marchandises. L’agriculteur évalue même le montant des vols à 1800 francs sur une plus longue période, mais sans preuve.

Plus il y avait de produits, moins il y avait de recette, mais des caméras de surveillance dûment signalées ont permis de confondre le coupable, comme l’a rapporté «Le Quotidien Jurassien».

Grand chapeau

Tous les trois jours, un homme portant un masque, des lunettes et un grand chapeau faisait mine de mettre de l’argent dans la caissette, sans prendre le temps de calculer le montant total de ses achats.

Un soir d’été, voyant le suspect arriver dans la cabane alors que la caisse venait d’être vidée, l’agriculteur a interpellé le client: «Vous avez payé?». «Oui», a répondu l’homme, mais après vérification, la caisse était vide, alors que le panier emporté valait 60 francs.

De Bassecourt (JU) à Cormoret (BE), les agriculteurs sont nombreux à déplorer le vol de produits en vente directe. Habituée des réseaux sociaux, une éleveuse de poules rousses a publié un message à l’adresse d’un voleur «sans scrupule» qualifié de «petit imbécile».

Vraiment petit

«Notre self-service est une source de revenu pour nourrir notre famille et nos animaux», indiquait alors l’éleveuse qui a porté plainte. Un an plus tôt, c’est une agricultrice de Cormoret qui poussait un coup de gueule: «Nous voler trois œufs, c’est vraiment petit!»

Il arrive parfois qu’au passage, un pilleur vide aussi la tirelire. Des caméras sont installées, factices ou non. Décidément, la confiance est mal récompensée.

Votre opinion

22 commentaires