Publié

ItalieIl servait des chats rôtis à ses convives

Un père de famille de 50 ans a adopté quinze chats auprès de la société protectrice des animaux avant de les déguster avec ses amis. Il encourt trois à dix-huit mois de prison.

par
Laura Juliano
Le suspect choisissait des chats jeunes de couleur noire et bien en chair pour les cuisiner et les servir à ses invités.

Le suspect choisissait des chats jeunes de couleur noire et bien en chair pour les cuisiner et les servir à ses invités.

Alfred Hutter/Wikimedia Commons

Se disant fervent amoureux des animaux, un père de famille de 50 ans du nord de l'Italie (Lombardie) écumait les centres de la société protectrice des animaux du pays pour adopter des chats. Mais une fois rentré chez lui, il les cuisinait pour les servir en rôti à ses invités, révèle le quotidien «La Stampa».

C'est au bout du quinzième chat adopté que la société protectrice des animaux (Aidaa) a commencé à avoir des doutes. Qu'est-ce que cet homme pouvait bien faire chez lui avec autant de compagnons à quatre pattes? D'autant plus qu'il avait certaines exigences. Il les préférait jeunes, de couleur noire et bien en chair, selon le président de l'Association de protection des animaux.

Pris sur le fait !

Après plusieurs mois, l'homme, marié et père de deux enfants, a été pris sur le fait. Des employés de l'Aidaa, suspicieux, l'ont laissé adopter un nouveau chat avant de débarquer à son domicile peu de temps après. Juste à temps! Le chef cuisinier était sur le point d'enfourner un chat noir de 3,5 kg. Le suspect a alors avoué ses torts et affirmé qu'il mangeait les chats avec ses amis.

Dénoncé à la police pour mauvais traitement sur les animaux, il encourt une peine de trois à dix-huit mois de prison, ainsi qu'une amende équivalente à 14 000 francs suisses.

Bien qu'il s'agisse d'un crime sévèrement puni par la loi, quelque 7000 chats sont mangés chaque année en Italie. Servi sur un lit de polenta, rôti ou mijoté, l'animal fait partie de la tradition culinaire vénitienne, lombarde ou piémontaise.

Votre opinion