Publié

Ravisseur«Il trouvait normal d'avoir tué son ex-amie»

Un ancien compagnon de cellule de Claude Dubois témoigne. Il en fait le portrait d'un homme instable et arrogant.

par
Anne-Florence Pasquier

«Quand j'ai lu la nouvelle, j'étais choqué. Comment ont-il pu le laisser sortir ? ». Pendant plus de huit ans, ce Suisse a été l'un de ses voisins de cellules à Bochuz. Il dit l'avoir « subi pendant toutes ces années.» «Il ne s'est jamais intégré à la prison et ne respectait pas les ordres. Il se comportait comme un enfant pourri gâté», continue-t-il.

Avait-il des regrets d'avoir enlevé, violé et séquestré puis abattu sa petite amie en janvier 1998 ? «Non, aucun regret. Il ne voulait pas parler de tout cela. Pour lui, il trouvait normal d'avoir tué son ex-amie, car quand il était avec une femme c'était à la vie, à la mort. Il ne supportait pas qu'on puisse le quitter. Il avait refusé de suivre une thérapie en prison. Il était obsédé par le fait de retrouver une nouvelle femme même depuis la prison. »

Il s'est marié en prison

En 2003, Claude Dubois s'est même marié aux établissements de la plaine de l'Orbe. «Ils lui avaient d'ailleurs interdit les parloirs intimes. Ils estimaient que c'était trop dangereux pour sa femme de rester avec lui. », raconte-t-il. Son ancien voisin de prison se souvient aussi qu'«il avait des T.O.C., il était calculateur, il voulait tout contrôler. Il pouvait se laver plusieurs fois par jour, jusqu'à se brosser 15 fois le bras. Il était complètement maniaque.» Et de conclure : « J'espère qu'ils retrouveront cette jeune femme. Mais comme je connais le personnage, il est capable de tout. C'est comme le Dr Jekill et Mr Hyde. »

Ton opinion