Jura: Il veut fermer les frontières la nuit pour lutter contre les cambriolages
Actualisé

JuraIl veut fermer les frontières la nuit pour lutter contre les cambriolages

Le maire de Boncourt préconise le blocage de certains passages pour limiter la criminalité. Le canton ne le suit pas.

par
Vincent Donzé
Le seul passage contrôlé entre Boncourt (JU) et Delle (F), c’est la plateforme douanière de «La Queue-au-Loup».

Le seul passage contrôlé entre Boncourt (JU) et Delle (F), c’est la plateforme douanière de «La Queue-au-Loup».

Google

Fermer la frontière franco-suisse à Boncourt, sur la route secondaire et les chemins vicinaux? La demande n’est pas nouvelle, mais au détour d’une rencontre entre le maire de Boncourt et un journaliste du «Quotidien Jurassien», elle a fait l’actualité de «L’Est Républicain», de l’autre côté de la frontière.


Selon le quotidien français, Boncourt «se prononce pour une limitation de la circulation avec le Nord Franche-Comté voisin». C’est vrai, mais il s’agit d’une demande formulée en novembre dernier auprès du gouvernement jurassien.


À Boncourt, les deux tiers de la frontière communale côtoient les communes françaises de Florimont, Courcelles, Delle, Lebetain, Saint-Dizier-L’Evêque et Villars-le-Sec. Il ne s’agit pas de fermer la frontière autoroutière, mais celles de la route principale et des chemins vicinaux. «Uniquement la nuit, de 23 heures à 5 heures, comme à Genève ou au Tessin», remarque le maire Lionel Maître.

Pas question


Le gouvernement jurassien a répondu au maire de Boncourt qu’il n’était pas question de fermer la route cantonale de nuit. En cause: les accords de Schengen, mais aussi la nécessité de laisser passer les travailleurs frontaliers français engagés dans les secteurs industriel et hospitalier.


Selon «L’Est Républicain», sont concernées l’ancienne douane de Delle et celle de Déridez. Boncourt voudrait que tout le trafic nocturne passe par la plateforme douanière de «La Queue-au-Loup», entre Delle et l’autoroute suisse, où un contrôle peut être réalisé en permanence.


Le canton laisse toutefois la possibilité pour Boncourt de fermer les voies communales, à condition de s’entendre avec les Douanes suisses. Le maire Lionel Maître remettra la question sur le tapis lors d’une prochaine séance du syndicat intercommunal du district de Porrentruy, pour joindre d’autres communes à sa requête.


La réouverture des frontières fermées pour cause de Covid-19 a-t-elle favorisé une reprise des cambriolages? Oui: alors que la délinquance avait chuté pendant le confinement, les cambriolages ont été multipliés par cinq entre juin et juillet dans le canton du Jura.

Bandes internationales


À Boncourt, ce ne sont pas les commerces qui sont ciblés, mais les habitations. «Ce type de vols à saute frontière a surtout été la marque, ces dernières années, de bandes internationales, souvent venues des pays de l’Est, qui n’ont pas pu circuler pendant le confinement», affirme «L’Est Républicain».


Pour le maire Lionel Maître, après la fermeture hermétique de la frontière pour cause de Coronavirus, il s’agit aussi de freiner la délinquance avec l’aide de patrouilles militaires. Le Corps des gardes-frontières est alerté: «Nous demandons une réflexion à l’Office fédéral des douanes», conclut le maire de Boncourt. Une demande qui résonne comme un appel à l’aide.

Votre opinion

36 commentaires