20.10.2020 à 06:40

NeuchâtelIl veut sauver un séquoia et ses étourneaux avec une vidéo

Un projet immobilier menace un géant californien aux pieds fragiles mais, sur les hauts de Colombier, le voisinage se mobilise pour sa sauvegarde.

von
Vincent Donzé
Un ballet d’étourneaux enjolive le séquoia de Colombier (NE).

Un ballet d’étourneaux enjolive le séquoia de Colombier (NE).

Denis Maurer

À Colombier, un séquoia planté sur un terrain privé s’élève comme un totem, le long du chemin des Battieux. L’enseignant de français, d’histoire et de géographie installé en contrebas apprécie les ballets d’étourneaux, autour de la cime de l’arbre. Depuis qu’un projet immobilier menace les racines du géant californien, Denis Maurer s’efforce de sensibiliser la population, à une semaine des élections communales.

À l’École secondaire de Neuchâtel, le vidéaste Denis Maurer n’était pas prof de sciences naturelles, mais il suppute que le point faible d’un séquoia réside dans ses racines, lesquelles serpentent à moins d’un mètre sous terre. D’où la crainte de Denis Maurer. «Malheureusement pour lui, l’arbre n’est pas répertorié dans le patrimoine communal».

Boîte de prod’

Pour filmer les ballets d’étourneaux, Denis Maurer a laissé sa caméra tourner pendant quatre heures, avant de sélectionner la plus belle séquence. Un procédé qu’il maîtrise bien, lui qui a fondé en 1975 sa propre boîte de production de films, d’abord en format super-8, puis en numérique. «Désolé pour le manque de netteté sur les oiseaux: la caméra ne tournait pas aussi vite que leurs battements d’ailes», s’excuse-t-il.

Entre 1979 et 1984, Denis Maurer animait à la Télévision suisse romande une émission consacrée à la réalisation. «À la retraite, je peux mettre mon savoir au service de bonnes causes», sourit-il, tout heureux de sa nouvelle vie. Sa vidéo des passereaux migrateurs, il l’a postée au service de sa voisine propriétaire du séquoia, qui verra sa vue sur le lac obstruée depuis le bord de sa piscine.

Les gabarits posés au chemin des Bateux n’englobent pas le séquoia, mais le futur chantier menace ses racines.

Les gabarits posés au chemin des Bateux n’englobent pas le séquoia, mais le futur chantier menace ses racines.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Ce qui chagrine et qui motive Denis Maurer, c’est l’interprétation faite de la votation contre le mitage du territoire. «J’ai voté pour stopper le mitage du territoire, mais le propriétaire de la parcelle arborisée s’en sert pour construire deux maisons plutôt qu’une, en englobant dans son calcul un chemin goudronné et la parcelle inconstructible située en contrebas», assure-t-il.

«Nous sommes face à une utilisation maximale du rendement d’une parcelle», déplore Denis Maurer. Sa démarche intervient en période électorale, mais elle n’a pas de motivation politique.

Une symphonie de couleurs menacée, avec à gauche en rouge, un bel érable du Japon.

Une symphonie de couleurs menacée, avec à gauche en rouge, un bel érable du Japon.

Lematin.ch/Vincent/Donzé

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
12 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Enilorac

21.10.2020 à 08:01

J applaudi ; j ai habiter plus de 20 ans a Colombier ,en 20 ans ; 20 emplacements ont etes rasés pour y voir des habitations de tous genres et dans des endroits sans degagement ni vue , juste sur la route ou ou chez le voisin .C est desolant , tout cela au nom du sacré sein pognon , et profit immobilier ! Beaucoup de grands arbres sont tombés depuis .Bravo , j encourage cette initiative. Sauver les !!!

Noname

20.10.2020 à 09:25

Ben voyons, si là nous ne sommes pas face à un gros mytho pour éviter d'avoir une nouvelle construction à proximité de chez eux, la vue depuis la piscine confirme exactement ceci. Utiliser la nature à son avantage, c'est ignoble.

Fati

20.10.2020 à 09:14

Il fallait votzer non à la loi sur l'aménagement du territoire pour mieux répartir les humains et la nature