Publié

FranceIl vole l'identité de son ami pour échapper à la police

Un homme a été arrêté en France après deux ans de cavale. Il avait usurpé l'identité de son meilleur ami pour échapper à la police et avait ouvert en son nom des comptes bancaires.

L’individu aurait également usurpé deux autres identités durant sa cavale, en plus de celle de son ami.

L’individu aurait également usurpé deux autres identités durant sa cavale, en plus de celle de son ami.

AFP

Un escroc en cavale de 29 ans qui avait, deux années durant, usurpé l’identité de son meilleur pour échapper à la police, allant jusqu’à ouvrir des comptes bancaires et bénéficier de diverses prestations sociales, a été arrêté mercredi à Gap, a-t-on appris vendredi auprès du parquet.

Condamné à 18 mois de prison pour "vol et escroquerie", l’homme en cavale a dissimulé son identité en utilisant celle de son ami d’enfance, un homme du même âge originaire comme lui d’Auvergne. Lors de son arrivée à Gap il y a six mois, il avait même réussi à se faire établir une vraie pièce d’identité au nom de son ami d’enfance, a expliqué le parquet.

"Il aurait également bénéficié de divers documents administratifs lui permettant d’être inscrit à Pôle emploi, de toucher le RSA, d’ouvrir deux comptes bancaires, d’obtenir une carte vitale ou encore de profiter de cartes de réduction de la SNCF et de la RATP", a expliqué le procureur de la République de Gap, Philippe Toccanier.

La supercherie a été découverte par le Comité opérationnel départemental anti-fraude (CODAF) des Hautes-Alpes qui réunit les services de l’Etat et les organismes locaux de protection sociale. "Les fichiers des services concernés par le CODAF et les empreintes digitales ont permis d’établir l’identité réelle", a précisé M. Toccanier.

L’enquête menée par le commissariat de Gap se poursuit puisque l’individu aurait également usurpé deux autres identités durant sa cavale, en région parisienne, Poitou-Charentes et Provence-Alpes-Côte-D’azur, a ajouté le parquet.

L’homme a été placé en détention pour purger la peine prononcée à son encontre en 2010 par le tribunal correctionnel de Cusset (Allier). Il sera prochainement jugé devant le tribunal correctionnel de Gap pour "usurpation d’identité, escroquerie et faux". Il encourt jusqu’à 5 ans d’emprisonnement.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!