Valais - Il y a 15 ans déjà, Corinne Rey-Bellet était assassinée

Publié

ValaisIl y a 15 ans déjà, Corinne Rey-Bellet était assassinée

Dans le cadre des commémorations «Hommage 2021», la Confédération va rendre hommage au mois d’août à la championne assassinée le 30 avril 2006 par son mari.

par
Eric Felley
Le 13 mai 2006 a eu lieu la cérémonie d’adieu pour Corinne et son frère Alain.

Le 13 mai 2006 a eu lieu la cérémonie d’adieu pour Corinne et son frère Alain.

AFP

Aujourd’hui, on parlerait d’un féminicide. Il y a 15 ans, le mot n’était pas dans l’usage. Mais c’est bien ce qui s’est passé ce jour-là. C’était un dimanche soir apparemment sans histoire. La championne de ski Corinne Rey-Bellet était avec ses parents dans leur chalet des Crosets (VS), lorsque l’impensable s’est produit. Vers 19 heures, son mari Gerold Stadler dont elle était séparée depuis une dizaine de jours avait ramené leur fils de deux ans, Kevin. Les parents l’avaient couché dans l’appartement de Corinne, à l’étage. Vers 21 h 30, les époux sont descendus au rez-de-chaussée dans l’appartement du père de Corinne, Adrien, pour poursuivre une discussion au sujet de la séparation.

Jusqu’ici, Corinne Rey-Bellet habitait avec son mari à Abtwil dans le canton de Saint-Gall, où celui-ci travaillait dans une banque. Adrien Rey-Bellet est parti au début de la discussion. Peu après, le mari a fait feu sur les trois personnes restantes, tuant sa femme, 34 ans, et son beau-frère, Alain, 32 ans, tandis que la mère, Verena, était grièvement blessée. Ces faits sont survenus au milieu de la station, juste au-dessus du bar qui portait le nom de la championne.

Le tireur a ensuite a pris la fuite en voiture. Elle a été découverte à Huémoz, près d’Ollon, à 20 km du lieu du drame. Le mercredi suivant, on retrouvait le corps de Stadler, à un kilomètre de là. Il avait mis fin à ses jours.

Une championne de ski appréciée dans le monde du ski suisse.

Une championne de ski appréciée dans le monde du ski suisse.

AFP

Corinne Rey-Bellet avait fait une brillante carrière en ski alpin. De 1992 à 2003, elle avait obtenu cinq victoires en Coupe du monde et une médaille d’argent aux Championnats du monde de St. Moritz. Elle reste la seule femme à avoir gagné deux courses de Coupe du monde le même jour. Elle avait mis un terme à sa carrière en 2003 pour devenir mère du petit Kevin. Celui-ci, orphelin, a été placé dans une famille d’accueil parente de la mère par les autorités de tutelle saint-galloise. Par la suite, plusieurs polémiques ont eu lieu autour du droit de visite des grands-parents.

Cette année, le projet Hommage 2021, soutenu par la Confédération, en lien avec les cinquante ans du suffrage féminin, lui rend hommage, parmi beaucoup d’autres femmes qui ont marqué l’histoire de la Suisse depuis 100 ans. Son portrait sera projeté sur les façades de la Banque nationale suisse et de la Banque cantonale à Berne dans le courant du mois d’août. Dans sa notice, la Valaisanne figure comme championne, bien entendu, mais aussi comme «une des trop nombreuses femmes victimes de violences conjugales et de féminicides en Suisse. Elle incarne autant la réussite au féminin que les pires injustices subies par les femmes.»

Ton opinion