Télévision - Il y a 50 ans, le public découvrait «Amicalement vôtre»
Publié

TélévisionIl y a 50 ans, le public découvrait «Amicalement vôtre»

Le premier épisode de la série mettant en vedette Tony Curtis et Roger Moore a été diffusé le 17 septembre 1971 en Grande-Bretagne, un an plus tard en France.

par
Michel Pralong
Tony Curtis et Roger Moore ont formé un duo qui reste dans les mémoires.

Tony Curtis et Roger Moore ont formé un duo qui reste dans les mémoires.

ITV

Le 17 septembre 1971, les téléspectateurs britanniques regardant le réseau d’ITV découvrent un générique qui va vite devenir parmi les plus célèbres de la télévision. Sur une musique de John Barry, on voit des photos retraçant le parcours de deux hommes: un New-Yorkais venu de la rue et devenu riche face à un lord britannique né avec une cuillère en argent dans la bouche. C’est toute l’idée de «The Persuaders», connu en français sous le titre de «Amicalement vôtre»: associer deux individus venant de milieux très différents mais qui sont blasés par leur fortune. Se lancer ensemble dans des enquêtes et aventures va leur redonner le goût de vivre. L’Américain Danny Wilde est joué par Tony Curtis et l’Anglais Brett Sinclair par Roger Moore.

La série a été imaginée par Robert S. Baker le producteur du «Saint» dans lequel Moore tenait la vedette. Dans un épisode de 1969, il se trouve face à un riche Texan. Baker veut donc faire une série sur pareil duo. Il songe d’abord à Rock Hudson pour jouer avec Moore, mais les deux sont trop semblables. Glenn Ford ne va pas non plus, Moore ne s’entend pas avec. C’est finalement Tony Curtis qui est choisi mais, vu qu’il est né à Manhattan, pas question de lui faire jouer un Texan, son personnage de Danny Wilde sera bel et bien new-yorkais.

24 épisodes seulement

La série ne dure que 24 épisodes, diffusés jusqu’en février 1972. Et aux États-Unis, face à la concurrence de «Mission impossible», «Amicalement vôtre» ne convainc pas et seul 20 des 24 épisodes sont diffusés. C’est donc la fin, ce qui ne fut pas un drame pour Moore qui sera choisi pour reprendre le rôle de James Bond dès «Vivre et laisser mourir» en 1973. Curtis, lui, aura toujours des rôles, mais ses plus grands films sont derrière lui.

Les Français, et donc les Suisses, découvrent la série alors qu’elle est déjà arrêtée, dès le 3 octobre 1972 sur la deuxième chaîne de l’ORTF. Mais c’est peut-être dans ces pays qu’elle est davantage devenue culte. Et elle ne cesse d’être rediffusée depuis, sans doute parce qu’elle s’y prête, les épisodes pouvant être vus dans le désordre (sauf le premier) et restant assez intemporelle, si ce n’est les costumes et les voitures.

Et puis, évidemment, il y a ce générique génial, que tout le monde connaît. Et dans lequel, d’ailleurs, Roger Moore n’ayant pas de photo correcte de lui enfant, l’a remplacée par une de son fils Geoffrey. Tony Curtis est décédé en 2010 à 75 ans et Roger Moore en 2017 à 89 ans.

Votre opinion